/news/politics
Navigation

Scott Moe plaide pour plus d'autonomie provinciale

Scott Moe plaide pour plus d'autonomie provinciale
AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Insatisfait de sa première rencontre avec le chef libéral Justin Trudeau depuis sa réélection, le premier ministre de la Saskatchewan Scott Moe entend réclamer plus d’autonomie pour sa province.

«De façon décevante, ce que je constate après cette rencontre, c'est qu’on ne verra de la part du premier ministre que du pareil au même», a-t-il tonné mardi en sortant du bureau de M. Trudeau, réélu à la tête d’un gouvernement minoritaire.

M. Moe était arrivé à Ottawa avec plusieurs demandes, dont celle que le fédéral mette sur pause sa politique de tarification du carbone en Saskatchewan pendant un an afin de permettre à la province de l’Ouest d’évaluer ses options pour contrer les changements climatiques.

«Cette politique n’en est pas une de taxation des Canadiens qui travaillent fort, comme ceux en Saskatchewan. C’est plutôt une politique pour réduire nos émissions», a fait valoir M. Moe, promettant de continuer de se battre bec et ongles devant la Cour suprême contre le cadre de tarification fédéral.

Les libéraux ont été complètement rayés de la carte électorale en Saskatchewan et en Alberta, et le mouvement séparatiste des Prairies, le Wexit, s’est montré de plus en plus vocal depuis l’élection du 21 octobre.

Le premier ministre Moe, déçu de ses discussions avec M. Trudeau, a promis de dévoiler dans les prochains jours des initiatives pour assurer plus d’autonomie à la Saskatchewan.

«Nous allons élargir notre présence [...] afin de s’assurer que la Saskatchewan soit représentée dans le monde auprès des pays avec lesquels nous faisons du commerce», a-t-il lancé.

Plusieurs provinces ont des représentations commerciales au niveau international. Le Québec a de nombreuses tribunes à l’étranger, notamment par l’entremise de ses délégations générales à Londres, Mexico et New York.

M. Moe voudrait que le fédéral multiplie ses efforts pour ouvrir les marchés étrangers aux exportations de la Saskatchewan en allant «au-delà de Trans Mountain».