/news/currentevents
Navigation

L’accusé souffrirait de troubles psychiatriques

Sa mère remercie l’homme qui a utilisé sa Mercedes comme bouclier

Coup d'oeil sur cet article

Le chauffard qui a foncé vers une intersection bondée en plein centre-ville de Montréal mardi souffre de troubles psychiatriques, a affirmé sa mère tout en remerciant l’automobiliste qui a protégé les passants en utilisant son véhicule comme bouclier.

« Je suis ébranlée, mais ça aurait pu être pire, je tiens à remercier la personne qui a évité tout ça », a déclaré Ananda Tremblay, mercredi au palais de justice de Montréal.

Juste avant, son fils Samuel, âgé de 19 ans, comparaissait sous une kyrielle d’accusations, dont vol de véhicule, conduite dangereuse avec les facultés affaiblies et voies de fait armées, pour des événements survenus la veille.

Ce jour-là, les policiers avaient tenté d’intercepter un véhicule qui circulait de façon erratique sur le boulevard René-Lévesque. 

Sauf qu’au lieu d’obtempérer, le chauffard a pris la poudre d’escampette, roulant à vive allure en plein cœur de la métropole. 

Son chemin a toutefois été barré par un automobiliste vif d’esprit, qui n’a pas hésité à provoquer une collision afin de sauver les passants.

Le conducteur de la Mercedes blanche a utilisé son véhicule comme bouclier mardi, afin de bloquer le passage au chauffard qui fonçait vers une intersection bondée, en plein centre-ville de Montréal.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Le conducteur de la Mercedes blanche a utilisé son véhicule comme bouclier mardi, afin de bloquer le passage au chauffard qui fonçait vers une intersection bondée, en plein centre-ville de Montréal.

« Ça me dérangeait pas du tout [d’endommager mon véhicule]. Le plus important, c’était les gens. Il y avait tellement de monde, il fallait que je fasse quelque chose », a confié mardi au Journal Erick Marciano, un entrepreneur général de 48 ans.

Appel de la ministre

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, l’a d’ailleurs appelé au téléphone mercredi, afin de souligner son geste héroïque.

Ce n’est pas la première fois que Tremblay cause toute une frousse à des passants. Le 22 septembre, il avait pris un véhicule pour se diriger vers une des zones où se déroulait le marathon de Montréal pour ensuite être arrêté par la police.

Acquitté de vol de véhicule, il a toutefois été déclaré coupable d’avoir conduit alors qu’il était sous le coup d’une interdiction.

Selon la mère de Tremblay, les gestes de son fils s’expliquent en partie par de graves problèmes psychiatriques et le manque de suivi du système de santé.

« Ça fait des années que je dis que quelque chose de grave va arriver, a-t-elle dit. Il a été suivi en psychiatrie, mais depuis qu’il est adulte, il est laissé à lui-même. On se bat pour qu’il soit pris en charge par le système. »

Depuis son arrestation mardi, Samuel Tremblay a été placé en détention préventive. 

Il reviendra à la cour aujourd’hui pour son enquête sur remise en liberté, mais sa place n’est pas nécessairement là, selon sa mère ainsi que son avocate Vicky Powell.

« La meilleure chose à faire est de l’aider, a expliqué Me Powell. La prison n’a pas tous les outils nécessaires pour les thérapies. Le cri du cœur de Mme Tremblay doit être entendu. »