/finance/business
Navigation

Investissement Québec devient un actionnaire de Stradigi AI

Le bras financier du Québec et le Fonds FTQ seront sur le conseil d’administration

Coup d'oeil sur cet article

Investissement Québec (IQ) investit près de 8 M$ dans Stradigi AI, dont le troisième actionnaire d’importance figure dans les Bahamas Leaks du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

« Stradigi AI est conformément enregistrée au Québec, et ce, depuis son incorporation en 2017. La société est basée au Québec et est structurée fiscalement pour payer ses impôts au Québec », a assuré la porte-parole d’Investissement Québec (IQ), Isabelle Fontaine, ajoutant que son organisme siégera à son conseil d’administration.

Hier, la start-up d’intelligence artificielle Stradigi AI a conclu le financement d’une ronde de 53 M$ menée par le Fonds de solidarité FTQ et Investissement Québec (IQ), qui investissent près de 27 M$ dans la techno pour maintenir 100 emplois et en créer 50.

Bahamas Leaks

Or, le troisième actionnaire de Stradigi AI, selon le Registre des entreprises, est Bally Crystal Investments Limited, dont le nom figure dans les Bahamas Leaks du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

Au Fonds de solidarité FTQ, qui investit 19,2 M$ dans Stradigi AI dans cette ronde, on insiste pour dire que la jeune entreprise respecte bel et bien les lois.

« L’important, c’est que l’entreprise partenaire, elle-même, respecte les lois fiscales. Pour ce qui est des autres actionnaires, c’est à eux de répondre à ces questions-là », a affirmé son porte-parole Patrick McQuilken.

Il ajoute que le Fonds de solidarité FTQ aura une place au conseil d’administration de la start-up et que la rémunération des dirigeants fait aussi partie des dossiers discutés.

Aide financière

Fin août, Le Journal avait fait état d’une aide financière de 2 M$ d’Emploi-Québec à Stradigi AI, dont l’un des actionnaires, Brendan Dunn, était lié à un paradis fiscal, ce à quoi Stradigi AI avait répondu qu’elle « n’a aucune imputabilité quant aux investissements personnels et privés de ses actionnaires ».

Deux jours après la publication de l’article, le nom de Brendan Dunn avait été retiré de la liste des administrateurs de la start-up du Registre des entreprises.

Jointe par Le Journal, Stradigi AI a rapidement décliné hier nos demandes d’entrevue avec son président et cofondateur, Basil Bouraropoulos.

– Avec la collaboration d’Andrea Valeria