/opinion/columnists
Navigation

La soudaine neige

Coup d'oeil sur cet article

Une trentaine de centimètres, ce qui devient un pied pour les vieux. Voilà ce qui est tombé dans la nuit de lundi à hier à Saint-Majorique, banlieue de Drummondville.

Avant la levée du jour, Denis et moi marchions en parfait silence dans la forêt habituellement noire à cette heure. Mais là, le plancher était vite devenu d’une blancheur et d’une égalité magnifique. La nature offrait dans un froid surprenant ce qu’elle peut avoir de plus inspirant, réconfortant : le calme, la douceur sur un fond de mystère, une toile de secrets. Nous avancions doucement vers notre cache, notre planque géniale à une dizaine de mètres du sol.

Mais juste avant d’arriver, en bordure de l’ancien chemin, un ombrage, une noirceur étrange. Nos jambes s’arrêtent, nos yeux forcent au travers des flocons qui agacent et nuisent. Oui, c’est un chevreuil aux belles fesses. Impossible de savoir s’il s’agit d’un mâle ou non. Interdiction de toucher à la p’tite dame. Presque inconsciemment, j’ai épaulé le « poudre noire », l’orientant vers la potentielle cible. Oups ! Je ne voyais strictement rien. Le blanc total parce que l’œil du télescope était empli de neige. Ai-je blasphémé ?

À LA PROCHAINE

Lorsqu’avec mon gant de laine j’ai eu complété l’urgent nettoyage, la belle bibitte d’une taille très respectable avait judicieusement, mais calmement quitté mon champ de vision. Trop tard, trop flou, trop noir, trop...

Nous sommes montés dans notre repaire, notre cachette, et n’avons plus rien vu dans cette neige qui n’en finissait plus de changer radicalement le décor. Nous étions passés de novembre à février. Belle histoire n’est-ce pas ? On y retourne la fin de semaine prochaine.

PUDDING ET DONG

  • Message à Catherine Dorion : « Veux-tu faire un hit pour les Fêtes ? Achète les habits de Don Cherry. »
  • « Je me souviens » ne correspond plus à l’image du Québec dont la nouvelle devise est maintenant « Nous embauchons ».
  • Est-ce l’automne ou l’hiver qui a perdu son chemin ?
  • Quand il a appris la nouvelle, Don Cherry a fait le sot.
  • Les vendeurs de sapins commencent à se mettre au bouleau.

À DEMAIN

On ne peut pas toujours perdre.

Il faut gagner de temps en temps.