/finance/business
Navigation

Lassonde ne ferme pas la porte au jus au cannabis

Coup d'oeil sur cet article

Le géant québécois du jus Lassonde ne ferme pas la porte à se lancer un jour dans la production de jus au cannabis, a appris Le Journal.

« Ce sont des choses qui peuvent nous intéresser, mais pas à court terme », a partagé au Journal le président d’Industries Lassonde, Jean Gattuso, vendredi dernier.

Pour le patron de la compagnie de jus valorisée à 1,14 G$ en Bourse, ce sont notamment les effets anti-inflammatoires du CBD du cannabis qui pourraient être intéressants.

« Les breuvages santé vont prendre de plus en plus de place avec le vieillissement de la population », a ajouté M. Gattuso, qui note au passage que la réglementation reste encore très contraignante.

Trop tôt

Hier, Le Journal a indiqué que la décision du gouvernement Legault de limiter la vente de produits dérivés du cannabis pourrait rimer avec des pertes de revenus de 300 M$ par année pour l’industrie.

Malgré cela, pas question pour la compagnie de jus de Rougemont de fermer la porte à se lancer un jour dans la production d’un breuvage au cannabis, même s’il est trop tôt pour faire le grand saut.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

Pour l’instant, le fabricant de jus de fruits continue de miser sur ses produits santé. Depuis 2014, il a élargi ce créneau avec les jus réduits en sucre et en calories Oasis Hydrafruit, Oasis Infusion, Fruit Drop ou avec des breuvages protéinés ou contenant des probiotiques.

Vendredi dernier, Lassonde a publié ses résultats du troisième trimestre, marqué par une légère hausse des ventes de 1 % par rapport à la même période l’an dernier, soit 422,9 M$, comparativement à 418,6 M$ l’année précédente.

Lassonde possède 15 usines situées au Canada et aux États-Unis. Plus de 2200 employés y travaillent. Hier, à la fermeture des marchés, son action s’échangeait à 164 $ à la Bourse de Toronto.