/finance/business
Navigation

Soupçonnée d’évasion fiscale, Bouclair se place à l’abri de ses créanciers

L’entreprise et son patron sont visés par des accusations d’évasion fiscale

Soupçonnée d’évasion fiscale, Bouclair se place à l’abri de ses créanciers
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’elle fait face à des accusations pour évasion fiscale, l’enseigne Bouclair se place à l’abri de ses créanciers et entame une restructuration. Un groupe d’investisseurs se dit déjà intéressé à acquérir l’entreprise. 

«Ce n’est pas un secret pour personne que le secteur du détail a dû faire face à de grands bouleversements ces dernières années. Les détaillants ont dû se réinventer dans le monde numérique et Bouclair ne fait pas exception», indique le président et chef de la direction, Peter Goldberg.

Ce dernier, qui était déjà l’un des principaux actionnaires de la compagnie, figure parmi le groupe d’investisseurs canadiens désirant faire une proposition pour acquérir la chaîne québécoise. Il n’a pas été possible de connaître le nom de ses associés.

Rappelons que M. Goldberg et son entreprise ainsi qu’un autre membre de la haute direction chez Bouclair font face depuis 2018 à des accusations d’évasion fiscale et de déclarations trompeuses au fédéral. Les infractions auraient été commises entre 2009 et 2011. Ce dossier reviendra devant la Cour le 13 décembre prochain.

Au cours des derniers jours, Bouclair Inc. et Bouclair International Inc. ont déposé des avis d’intention afin de présenter une proposition en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Leurs dettes s’élèvent à 36 millions $.

Ces deux compagnies doivent notamment 2,3 millions $ aux employés et près de 19 millions $ à la Banque Nationale. C’est le syndic Deloitte Restructuring qui est responsable du dossier.

Plan de restructuration

La direction de Bouclair ne cache pas que le plan de restructuration prévoit la fermeture des magasins au rendement insuffisant ou non stratégique – environ une trentaine – au cours des prochains mois. Les sites visés ne sont pas encore connus.

Au Canada, Bouclair, qui se spécialise dans la vente de décorations pour la maison, détient 92 succursales et compte plus de 1000 employés.  

Le groupe d’acheteurs, les Investissements Alston Inc., propose de maintenir une soixantaine de points de vente ouverts à travers le pays et de conserver le siège social à Pointe-Claire. Il souhaite aussi poursuivre le virage entamé par la direction visant à offrir des magasins immersifs comme on retrouve présentement au Quartier Dix30, à Brossard.

L’enseigne prévoyait convertir 24 succursales existantes au cours des deux prochaines années. L'acquéreur potentiel promet d’investir d’importantes sommes pour redonner un second souffle à la compagnie en sol québécois ainsi que pour faire la promotion de la marque sur la scène internationale.

«Cette transaction proposée permettrait à un nouveau Bouclair de se réinventer, de se concentrer sur les forces de l'entreprise et d'étendre sa présence web», a avancé dans un communiqué M. Goldberg. 

La vente des actifs sera sujette à l'approbation de la Cour supérieure.

Récemment, la compagnie Forever 21 s’est aussi placée à l’abri de ses créanciers. Selon des documents déposés par le détaillant américain devant la Cour supérieure de l’Ontario, la chaîne fermera ses 44 magasins au pays, dont 6 en sol québécois, le 30 novembre prochain.

Mercredi, il n’a pas été possible de joindre des responsables chez Bouclair. 

 – Avec la collaboration de Philippe Langlois et Andrea Valeria