/opinion/columnists
Navigation

Badass, ou le triomphe délirant des anglicismes imbéciles

Coup d'oeil sur cet article

Je ne reviendrai pas ici sur l’appel lancé par la Fédération des femmes du Québec à porter le voile islamique. Il est absurde, en plus d’être odieux. Mais la FFQ elle-même est une organisation qui relève de la farce.

Elle a beau prétendre représenter les femmes du Québec, en fait, elle représente exclusivement une tendance aussi marginale que radicale du féminisme, en complète rupture avec l’immense majorité des femmes québécoises. Laissons de côté cette bande de fanatiques qui trahissent celles qu’elles prétendent représenter.

Et pourtant, je me permettrai de revenir sur leur appel pour une raison. Selon Gabrielle Bouchard, qui dirige la FFQ, le voile serait « badass ». On traduira en gros par «dur à cuire».

FFQ

Je pose la question : pourquoi, encore une fois, recourir aux anglicismes pour exprimer une réalité qui se veut transgressive ou particulièrement intense ?

Le phénomène n’est pas si nouveau, mais prend de l’ampleur. Voyons-le dans son ensemble.

Les Québécois ont un vocabulaire aussi riche qu’inventif quand vient le temps d’exprimer leur mécontentement. Ostie, baptême, câlisse, ciboire, tabarnak, et on en connaît d’autres.

Pourtant, depuis quelques années, ce vocabulaire, qui n’était pas sans nuances en plus d’être très imaginatif, se fait lentement remplacer par un mot d’importation : fuckin’. Exemple : ça n’a fuckin’ pas rapport.

Autre terme : aujourd’hui, pour dire qu’une chose est étrange, bizarre, louche, inquiétante, combien sont-ils à dire qu’elle est awkward. Un autre aussi : down. Apparemment, être down, c’est être partant pour quelque chose. Mais cela peut aussi vouloir dire être déprimé. Un dernier : pendant un temps, on ne disait plus « donnez-moi de l’amour », mais « donnez-moi du love ».

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Le triomphe des anglicismes les plus débiles témoigne à la fois de la puissance culturelle écrasante de l’empire américain et de notre paresse collective, qui nous pousse à consentir à cette colonisation mentale. Le politologue Marc Chevrier l’a déjà remarqué, dès qu’il s’agit d’exprimer de la colère, de l’émerveillement, du culot, nous passons aux anglicismes, comme si nous ne parvenions plus à croire aux ressources pourtant exceptionnelles de la langue française.

On trouvera évidemment quelques linguistes pour nous expliquer que rien de tout cela n’est inquiétant. Ce sont les spécialistes du c’est-pas-grave et de la langue en coton ouaté. Ils nous expliquent doctement qu’il y a plusieurs niveaux de langage et qu’on ne saurait hiérarchiser entre eux. Derrière leur jargon, on trouve surtout un relativisme extrême contribuant à l’appauvrissement de notre langue et, conséquemment, de notre univers mental.

Reconquête

Le Québec s’anglicise-t-il un mot à la fois ? Il y a là assurément un effet de mode. Certains anglicismes ne durent pas. Heureusement. Mais en culture comme en politique, il y a des rapports de force. Le français régresse symboliquement.

Il serait bien de jeter le discrédit sur cette fâcheuse manie qu’est l’utilisation systématique des anglicismes. Il nous faudrait reconquérir notre langue. S’exprimer rigoureusement ne relève pas du snobisme, mais de la souveraineté culturelle.