/news/politics
Navigation

Dominique Anglade veut revenir au Parti libéral de Robert Bourassa

Coup d'oeil sur cet article

Toujours l’unique candidate à la direction du Parti libéral, Dominique Anglade entend proposer un «nationalisme d’ouverture» collé sur la vision de l’ancien chef de la formation politique, Robert Bourassa. 

• À lire aussi: Course à la chefferie du PLQ: Dominique Anglade annonce un appui de plus 

Bien consciente que son parti doit reconnecter avec les francophones du Québec, Dominique Anglade a estimé jeudi, dans une entrevue à l’émission «La Joute», que le Parti libéral doit «revenir à l’ADN de ce qu’il a toujours été». 

«C’est le parti à Robert Bourassa et à Jean Lesage, un parti de nationalisme d’ouverture qui défend les intérêts des francophones et dans lequel on les fait rayonner», a illustré la candidate, qui met en opposition sa vision à celle de la CAQ, qu’elle qualifie de «nationalisme de Duplessis». 

Sans jeter directement la pierre à Philippe Couillard, Mme Anglade reconnaît que le parti doit revenir à ce qu’il était et proposer de grands projets et, surtout, de mieux défendre les intérêts des francophones. 

«On a entendu le message de manière très claire, dit-elle. Il s’agit pour nous de défendre aussi la nation francophone. On est une société distincte, ça nous donne une grande capacité de créativité et de rayonnement. Je pense qu’il va falloir qu’on en parle davantage au Parti libéral.» 

Sur la question de l’identité, Mme Anglade souligne que même si son parti a voté contre la loi 21, il n’a pas voté contre la laïcité. Pour le reste, elle laisse les tribunaux statuer sur la légitimité de la loi.En faveur d’une course 

Comme elle l’avait fait plus tôt cette semaine, Dominique Anglade a salué l’arrivée du maire de Drummondville Alexandre Cusson dans les rangs libéraux. Celui que tous pressentent pour devenir le premier adversaire confirmé de Mme Anglade dans la course à la direction a quitté la présidence de l’Union des municipalités du Québec pour prendre sa carte de membre du PLQ. 

«J’ai toujours dit que je pensais que c’était une bonne chose les courses. D’ailleurs, lorsque je me suis présentée, il y avait plusieurs noms qui circulaient et je le savais pertinemment. [...] Je suis en faveur d’une course, très certainement», s’est réjouie Dominique Anglade. 

Questionnée sur la présence – ou non – d’une coalition anti-Anglade dans les rangs libéraux, la candidate s’est plutôt enorgueillie d’avoir engrangé de nombreux appuis au sein du Parti libéral et dans les régions du Québec. «Ce que je constate, c’est qu’on additionne», a-t-elle évoqué. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.