/entertainment/music
Navigation

Hard Rock Generation: un party comme dans le temps

Hard Rock Generation rend hommage au rock pesant des années 70

Andy Beaulieu (guitares), Pat Vir (basse), Benoit Bolduc (guitare), Daniel Grenier (voix), Rémy Boivin (batterie), Alexandre Picard (claviers) et Mario Gosselin (voix).
Photo courtoisie Andy Beaulieu (guitares), Pat Vir (basse), Benoit Bolduc (guitare), Daniel Grenier (voix), Rémy Boivin (batterie), Alexandre Picard (claviers) et Mario Gosselin (voix).

Coup d'oeil sur cet article

Durant les années 70, le hard rock était roi et maître. Les radios FM carburaient au rock pesant de Black Sabbath, AC/DC, Led Zeppelin et Deep Purple. Hard Rock Generation s’est donné comme mission de faire revivre cette époque.  

La formation québécoise constituée de deux chanteurs et cinq musiciens montera sur les planches, pour la première fois, le 22 novembre, à l’auditorium Desjardins de la Polyvalente de Charlesbourg.  

«Le personnage central de ce spectacle, c’est la radio. C’est un hommage à cette époque où on se ramassait en gang, dans les sous-sols, pour écouter à plein volume, le rock pesant qui était diffusé à la radio. On a recréé cette époque», a lancé Daniel L. Moisan, directeur artistique de Hard Rock Generation.  

Le spectacle a comme point de départ le 31 décembre 1979.  

«Hard Rock Generation débute avec la station de radio fictive HRCK FM qui présente sa compilation des années 70. Un DJ fera quelques interventions préenregistrées pour présenter certaines pièces. Les animateurs et les DJs étaient, pour nous, des héros et des personnages mythiques. Ils étaient le pont entre les artistes et nous», a-t-il expliqué.  

Les sept musiciens vont piger dans le vaste répertoire hard rock des années 70 avec les Black Sabbath, Van Halen, AC/DC, Led Zeppelin, Deep Purple et autres.  

«Il y en a eu des tounes et c’est difficile de couvrir tout. On a choisi d’y aller avec le plus solide et le plus pesant et avec les hits que tout le monde connaît et qui ont tourné à la radio. On passe la gratte pas mal. C’est une machine à souvenirs», a fait remarquer Daniel L. Moisan.  

Les sept chanteurs et musiciens ont été sélectionnés à travers un processus d’auditions. Certains d’entre eux, qui font partie de certaines formations hommage, étaient dans la mire de Daniel L. Moisan, qui était aussi derrière la direction artistique de la revue musicale Prog Story.  

La formation est constituée des chanteurs Mario Gosselin et Daniel Grenier et de Andy Beaulieu (guitare), Benoit Bolduc (guitare), Pat Vir (basse), Alexandre Picard (claviers) et Rémy Boivin (batterie).  

«C’est un spectacle qui se déroule, à une année près, chronologiquement et où on met l’emphase sur l’expérience auditive. On veut que ça soit un wow et que les gens fassent un retour dans le temps», a fait savoir Daniel L. Moisan, ajoutant que Hard Rock Generation pourrait, cet été, faire la route des festivals au Québec.  

Un deuxième volet de Hard Rock Generation, consacré aux années 80, est actuellement en préparation.  

Les billets sont en vente ici.