/sports/racing
Navigation

Le troisième rang à l’enjeu

Coup d'oeil sur cet article

Bon nombre d’amateurs se souviendront certes de la fin de course palpitante qui a mené au premier sacre de Lewis Hamilton en 2008.

L’entourage de Felipe Massa avait commencé à célébrer le championnat après que celui-ci eut remporté, devant son public à Interlagos, sa 11e et dernière victoire en F1. Mais c’était sans craindre une dernière poussée du pilote britannique qui, à deux virages de l’arrivée, est parvenu à doubler l’Allemand Timo Glock pour mettre fin aux espoirs du pauvre brésilien.

Mais c’est aujourd’hui de la vieille histoire. Le Grand Prix du Brésil n’a plus aucune incidence sur la course au titre en raison évidemment de la domination des Mercedes et surtout de Lewis Hamilton.

Pour un, ce dernier a été sacré champion ces trois dernières années avant même de se présenter à Sao Paulo.

19 points d’écart

Mais bon, les deux dernières étapes de la saison, au Brésil ce dimanche, et à Abou Dhabi le 1er décembre, présentent certains enjeux qui ont leur importance pour les engagés, autant les pilotes que les écuries.

Parmi ceux-ci, on surveillera la lutte pour la troisième place au classement des pilotes, à savoir qui de Charles Leclerc (249 points), Max Verstappen (235) ou Sebastian Vettel (230) se classera derrière Valtteri Bottas (314), dont le deuxième rang au tableau est assuré.

Seulement 19 points départagent les trois pilotes concernés. Une récolte maximale de 52 points est possible d’ici la fin de la saison. Une victoire en vaut 25 et deux autres points seront attribués à l’auteur du tour le plus rapide en course.

Stroll doit contribuer

Chez les constructeurs, une bataille intense pour le cinquième rang (derrière Mercedes, Ferrari, Red Bull et McLaren) se dessine entre Renault (83 points), Racing Point (65) et Toro Rosso (64).

Racing Point devra davantage compter sur la contribution de Lance Stroll pour espérer rejoindre l’écurie française et tenir tête à l’équipe satellite de Red Bull. Si son coéquipier Sergio Pérez n’a rien à se reprocher depuis ses sept derniers départs avec une récolte de 31 points, le Québécois, pendant la même période, n’en a que trois au compteur.

Or, le sinueux circuit d’Interlagos n’a jamais souri à Stroll depuis son entrée en F1. En deux participations à bord d’une Williams, il s’est classé 16e en 2017 et 18e l’an dernier.

« Je suis le premier à reconnaître que je n’ai jamais brillé au Brésil, a-t-il déclaré. C’est pourtant un tracé que j’affectionne. Je pense que nous avons une bonne voiture pour y faire belle figure. C’est une occasion de racheter nos mauvais résultats. »

♦ Parlant de pilote canadien, le Torontois Nicholas Latifi prendra le volant de la Williams (de Robert Kubica) pour un troisième Grand Prix d’affilée à l’occasion de la première séance d’essais libres, vendredi matin, au Brésil.

Grand Prix du Brésil

20e étape du Championnat du monde de F1

  • 4,3 km
  • 15 virages
  • 71 : Nombre de tours
  • 305,9 km : Distance totale
Illustration courtoisie, GRAPHIC NEWS

Date : 17 novembre 2019

Circuit : Interlagos

Premier Grand Prix : 1973

HORAIRE
  Heure de Sao Paulo Heure du Québec
Essais libres 1 Vendredi de 11 h à 12 h 30 Vendredi de 9 h à 10 h 30
Essais libres 2 Vendredi de 15 h à 16 h 30 Vendredi de 13 h à 14 h 30
Essais libres 3 Samedi de 12 h à 13 h Samedi de 10 h à 11 h
Qualifications Samedi de 15 h à 16 h Samedi 13 h à 14 h
Course Dimanche à 14 h 10 Dimanche à 12 h 10

Décalage de 2 heures avec le Québec