/24m/transports
Navigation

[IMAGES] Inondation à Square-Victoria: dure journée dans le métro

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Un bris d’aqueduc a créé toute une commotion à Montréal jeudi alors qu’une grande quantité d’eau s’est déversée dans la station Square-Victoria-OACI, forçant la fermeture d’un segment de la ligne orange pendant plusieurs heures.

• À voir aussi: [PHOTOS ET VIDÉOS] Du jamais-vu en 30 ans dans le métro de Montréal 

Dès le début de l’heure de pointe matinale, la Société de transport de Montréal (STM) a annoncé que le service serait interrompu sur la ligne orange entre les stations Berri-UQAM et Lionel-Groulx. Les utilisateurs ont été redirigés vers le tronçon de la ligne verte qui circule entre les mêmes stations, mais devant les longues files pour embarquer dans les trains, plusieurs ont préféré opter pour des autobus – aussi bondés - ou ont tenté de se trouver un taxi.

Il a fallu attendre en début d’après-midi pour que les trains recommencent à circuler sur cette section de la ligne orange, puis vers 15 h pour que la station Square-Victoria-OACI redevienne utilisable.

Cause inconnue

La quantité d’eau qui déferlait dans les escaliers de la station Square-Victoria-OACI jeudi matin avant de s’accumuler sur le plancher était impressionnante. À certains endroits, on pouvait retrouver deux pieds d’eau. Le tout a été causé par le bris d’une conduite d’aqueduc de 12 pouces, située à l’extérieur de la station. Heureusement, les rames de métro et les équipements électriques ont été protégés.

Jeudi en fin de journée, il n’était pas possible de connaître la cause du bris. La mairesse de Montréal Valérie Plante a toutefois mentionné que la conduite en question n’était pas vieille. «On a colmaté la brèche», a-t-elle assuré en fin d’avant-midi. «Il y a un certain défi technique à sortir l’eau, parce que la station est très profonde», a-t-elle précisé.

Une trentaine de pompiers se sont affairés à limiter la propagation de l’eau vers le métro, a précisé de son côté le directeur adjoint au soutien opérationnel du Service des incendies de Montréal (SIM), François Lefebvre.  

La Société de transport de Montréal (STM) estime qu'entre 300 000 et 400 000 usagers ont été affectés par cet important arrêt de service.

Un grand nombre d’employés de la STM provenant de différents secteurs ont été mobilisés pour faire face à cette situation exceptionnelle. Du personnel supplémentaire a notamment été déployé dans les stations de correspondance Berri-UQAM et Lionel-Groulx, pour assister les clients dans leurs déplacements.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Plus de 200 résidences et six entreprises étaient privées d'eau en fin d'avant-midi, jeudi, en raison du bris de la conduite.

Usagers déçus

Plusieurs personnes ont vu leurs plans être bouleversés par l’arrêt de service.

«J'ai dû annuler une formation de perfectionnement en lien avec mon emploi», a dit Dione Téné, qui attendait l'autobus depuis une trentaine de minutes à l'extérieur de la station Berri-UQAM jeudi matin. Cette dernière a expliqué que l'interruption du métro retardera l'obtention de sa promotion.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

«Ça fait deux jours qu'il neige et ça fait deux jours qu'il y a des retards [avec le transport en commun]», a dit Émilie Clec'h. Elle était d'ailleurs en train de rédiger une plainte à la STM en attendant l'une des navettes spéciales mises en place par la STM. «La Ville veut que l'on utilise le transport en commun, mais il y a toujours des retards», a dénoncé celle qui demeure dans l'arrondissement Le Plateau-Mont-Royal.