/misc
Navigation

Fais-tu frette, t’es-tu ben avec ton... Oloroso!?

Avec -20 C avant même la mi-novembre (!!), ça prend plus qu’un coton ouaté pour se requinquer. Rien de mieux pour accepter que l’hiver arrive trop vite qu’un verre d’oloroso!

Fais-tu frette, t’es-tu ben avec ton... Oloroso!?

Coup d'oeil sur cet article

Avec -20 C avant même la mi-novembre (!!), ça prend plus qu’un coton ouaté pour se requinquer. Rien de mieux pour accepter que l’hiver arrive trop vite qu’un verre d’oloroso!

Oloro-quoi ?! 

Ah oui, j’oubliais... Le xérès, c’est tout sauf simple. Mais tellement bon, qu’on en oublie les détails. 

Alors faisons court.

Le xérès, c’est d’abord du soleil. Beaucoup de soleil. L’Andalousie, tout au sud de l’Espagne, a le bonheur de vivre 300 jours par année sans une goutte de pluie. 40 degrés en moyenne l’été. Des sols blancs de calcaire qu’on appelle « Albariza ». Le palomino, cépage blanc le plus répandu de la région, profite de la fraîcheur des vents la Méditerranée pour souffler un peu et arriver à parfaite maturité.

Le xérès peut être doux (oloroso) ou sec (fino). Mais on fait aussi du oloroso sec, comme le vin dont je vous parle plus bas. Contrairement aux finos élevés sous « flor », sorte de couche de champignon qui protège le vin de l’oxydation, l’oloroso est envoyé au front sans autre protection que lui-même. Il en résulte un vin plus « guerrier », par sa complexité et son profil corsé. Le contact prolongé avec l’oxygène le fait brunir, comme une pomme coupée en deux oubliée sur le comptoir. Il peut être une couleur acajou, fauve, brun foncé selon le vieillissement. Il développe des parfums aussi intenses que la façon dont on peut l’aimer ou non. Il est muté, c’est-à-dire qu’on y ajoute de l’alcool, du brandy, pour l’amener autour de 18° à 20° d’alcool.

Un mot aussi sur la méthode de vieillissement dite de « solera ». Imaginez des centaines de vieilles barriques en rangée et empilées les unes sur les autres. On met en bouteilles le xérès en vidant une partie des barriques situées au bas de cette « pyramide », puis, on remplit les barriques du bas avec du vin provenant des barriques de l'étage situé au-dessus et ainsi de suite jusqu'à ce qu'on vide une partie des barriques du haut qui sont ensuite mises à niveau avec du vin de l'année. Cela permet de renouveler les vins vieux (qui développent des arômes intenses et complexes avec une petite proportion de vin plus jeune, ce qui apporte de la fraîcheur et de la vivacité. Un tel procédé permet d’assurer la qualité et le style du vin année après année.

Lustau est l’une des grandes maisons de Xérès. La cuvée oloroso « Don Nu^ » élaborée en solera est tout simplement renversante! Des parfums soutenus et singuliers de noisette, d’olive, de carmel et d’épices laissent croire à un vin doux. La surprise en bouche est totale, puisque le vin est archisec! Précis, droit et d’une acidité impressionnante. La finale est chaleureuse et d’une longueur kilométrique. Bref, voilà un vin qui vous aidera à vous moquer du froid et de la neige jusqu’au printemps! 

Lustau, Oloroso Don Nuno Solera Reserva, Xérès, Espagne

31,00 $ - Code SAQ 13035851 – 20 % - 2,8 g/l

★★★★ $$$

Légende

★ Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: vaut largement son prix.

Autant d’étoiles que de dollars: vaut son prix.

Moins d’étoiles que de dollars: le vin est cher.