/news/politics
Navigation

Les chroniqueurs doivent être exclus de l’aide aux médias, dit Dorion

Les chroniqueurs doivent être exclus de l’aide aux médias, dit Dorion
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | L’argent du programme d’aide aux médias du gouvernement Legault ne doit pas servir à payer le salaire des chroniqueurs, a martelé la députée de Québec solidaire Catherine Dorion, vendredi. 

À l’Assemblée nationale, elle a interpellé la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, à ce sujet. 

Elle et son collègue des finances, Éric Girard, ont annoncé au début octobre une série de mesures fiscales pour aider les journaux. Québec leur offre un crédit d’impôt remboursable de 35 % pour chaque travailleur de l’information, pour un salaire maximum de 75 000 $. Cette mesure sera rétroactive au début de l’année 2019. 

Dans une société où l’opinion est omniprésente et où les chroniqueurs gagnent très bien leur vie, l’argent public devrait donc avant tout servir à financer le travail des journalistes de terrain, estime Catherine Dorion. 

«Cet argent-là devrait, en totalité, aller aux travailleurs de l'information puisque, comme population, on a besoin d'une information fiable, juste, fouillée, recherchée», a notamment fait valoir la députée solidaire lors d’un long exposé sur le sujet. 

Rappelant les critères établis par le Conseil de presse pour définir le «journalisme d’opinion», elle reproche à de nombreux chroniqueurs de ne pas «se soumettre eux-mêmes à cette discipline». 

«Certains vont même jusqu'à faire disparaître toute forme de pensée rationnelle pour la remplacer par l'injure, l'insulte directe et l'intimidation, notamment de politiciens», a-t-elle ajouté. 

Reste qu’il est difficile de tracer une ligne entre un «vrai journaliste et un faiseur d’opinions», admet Catherine Dorion, notamment en raison de la question de la «liberté d’expression». 

«En attendant que ce soit fait, l’aide aux médias, qui est une aide d’urgence, devrait aller à l’information [...] et pas à des gens qui donnent leurs opinions sur des choses», a-t-elle expliqué. 

Pour la ministre de la Culture, Nathalie Roy, le travail des chroniqueurs relève d’ailleurs de «la liberté d’expression» et mérite donc au même égard que celui des journalistes d’être admissible à son programme d’aide. 

«Même si nous ne sommes pas d'accord et même si je ne suis pas d'accord avec les chroniqueurs, pour moi, la chronique fait aussi partie de la liberté d'expression et à certains égards de l'information», a-t-elle expliqué.