/news/currentevents
Navigation

Des retraités veulent poursuivre Power Corp.

Les retraités de Groupe Capitales Médias songent à une poursuite

Coup d'oeil sur cet article

Sur le point de perdre 30 % de leur pension, les retraités du Soleil et du Nouvelliste envisagent de poursuivre le gouvernement Legault et Power Corporation, ancien propriétaire des journaux de Groupe Capitales Médias.  

 «On ne veut pas nous entendre. On a donc décidé de s’incorporer légalement et nous allons commander des avis juridiques», a indiqué au Journal Pierre Pelchat, vice-président de l’Association des retraités syndiqués du quotidien Le Soleil. Le groupe nouvellement créé revendique près de 300 membres.    

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Pierre Pelchat à QUB Radio:

L’inquiétude est vive chez ces retraités, comme chez ceux des cinq autres journaux de Groupe Capitales Médias (GCM), qui s’est placé à la fin de l’été sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers.    

À moins d’un revirement majeur, ils devraient perdre près de 30 % de leur rente de retraite dès le 1er janvier. Ces ex-travailleurs blâment le gouvernement Legault, qui n’a pas exigé que les repreneurs potentiels des journaux acceptent de financer les régimes de retraite actuels.    

Sacrifiés  

Ils dénoncent aussi avoir été «sacrifiés», par l’ex-PDG Martin Cauchon, la Confédération des syndicats nationaux, qui représente les employés actuels, et Power Corporation du Canada.    

«En provoquant la faillite de GCM, le gouvernement caquiste a signé l’arrêt de mort des régimes de retraite. Il était tout à fait prévisible qu’aucun repreneur ne voudrait garantir ces régimes à moins d’y être obligé», dénoncent les retraités dans une lettre ouverte.    

Les retraités estiment que Power aurait dû conserver la responsabilité des régimes de retraite et du paiement du déficit en cas de fermeture ou de faillite, comme il s’est engagé à le faire au moment de transformer La Presse en organisme à but non lucratif.    

Dans un courriel, le président intérimaire de GCM, Stéphane Lavallée, soutient que des représentants des employés et des retraités ont été réunis à plusieurs reprises au cours des derniers mois pour «éviter la terminaison des régimes ou diminuer [ses] impacts».    

La présidente de la FNC-CSN, Pascale St-Onge, a préféré ne pas commenter les aspects juridiques du dossier.    

«Nous comprenons toutefois la frustration que ressentent les retraités, tout comme les employés actuels, en ce qui a trait aux régimes de retraite. C’est une situation déplorable.»    

Le nouveau propriétaire de GCM doit être connu le 20 novembre. Deux offres sont actuellement à l’étude.