/portemonnaie/job
Navigation

Perte d’emploi: comment rebondir dans l’adversité

Perte d’emploi: comment rebondir dans l’adversité
Crédit photo : Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Être mis à la porte ne représente pas la fin d’une carrière. Voilà la première chose à garder en tête lorsque la mauvaise nouvelle tombe et que tu perds soudainement tes repères. C’est décidément un coup dur à encaisser, mais rappelle-toi que tu n’es pas seul dans cette situation.  

Caroline Trudel, conseillère d’orientation et psychothérapeute, estime qu’«en moyenne, 3 à 6 mois, parfois un an» sont nécessaires pour décrocher un nouvel emploi. «C’est une longue période de transition, mais il faut être patient», ajoute-t-elle.      

Voici quelques trucs pour vivre cette épreuve en toute résilience.       

1. La priorité au «je»  

Ce n’est pas du tout égoïste de prendre du temps pour toi. Il te faudra de longues heures pour décanter cette nouvelle. Un peu comme pour une rupture amoureuse, tu vivras la gamme complète d’émotions; de la tristesse à la haine en passant par l’incompréhension.       

Tu t’en remettras peut-être à ton patron ou à tes collègues. Tu culpabiliseras peut-être de certaines actions. Sache qu’il est inutile de pousser ta réflexion trop loin puisque tu n’auras pas toutes les réponses à tes questions.      

Avant de te lancer dans 1001 recherches, sois indulgent envers toi-même. «Le temps de réaction est différent pour chacun. [...] Il faut évaluer la prédisposition émotive», explique madame Trudel.       

«Plus les relations interpersonnelles étaient importantes, plus la situation peut être vécue de façon similaire à la relation amoureuse», poursuit-elle.      

2. Le dernier tour de piste  

Si tu trouves le courage et que tu sens que cela peut s’avérer bénéfique pour ton cheminement professionnel, tu peux prendre un dernier café avec ton supérieur pour tourner la page sur une note positive.       

Selon la directrice générale de l’Ordre des conseillers et conseillères en orientation du Québec «l’employeur peut s’inscrire à notre réseau de contacts et donner des références futures» si ce qui explique la mise à pied n’est pas relié à tes compétences.       

Si tu n’as pas envie d’une ultime rencontre, cela est aussi compréhensible. Passe à autre chose. Comme en amour, la distance et le temps feront bien les choses!      

3. Le petit cochon rose  

Ce qui est souvent pénible de la perte d’emploi, c’est d’avoir soudainement le temps pour voyager, faire de nouvelles activités, voir son entourage...sans salaire pour suivre le rythme. Refais ton budget en toute prudence et prévois le pire scénario. Et sache que tu ne seras pas laissé qu’à tes économies personnelles.      

Valide tes indemnisations de départ avec la direction de ta boîte. Selon ton contrat de travail, tu pourras aller chercher quelques semaines d’avantages sociaux et une compensation financière. Tout compte pour ton porte-feuille!      

N’hésite pas à te tourner vers l’assurance-emploi. Le site du gouvernement du Canada indique que «le taux de base servant au calcul de prestations s’établit à 55% de la rémunération hebdomadaire moyenne assurable».       

Certaines modalités varient, mais tu pourras obtenir de l’aide financière sur une période de 14 à 45 semaines avec des versements allant jusqu’à 562$ hebdomadairement.       

4. La loi, c’est la loi  

Avant d’accepter quelconque «package» de départ, prends le temps de lire et relire le contenu de cette proposition. En cas de doute, réfère-toi à la Loi sur les normes du travail. Certaines entreprises offrent des «packages» qui sont en réalité des pommes empoisonnées, allant à l’encontre de la loi.      

Certaines compagnies vont même te demander de consentir à une clause de non-concurrence et par conséquent, restreindre tes chances de retrouver du boulot dans ton domaine. De là l’idée de lire à la loupe!      

5. Brasser les cartes  

La perte d’un emploi est un excellent moment pour te repositionner ou changer de cap dans ta carrière. Caroline Trudel croit qu’il est primordial de dresser «un bilan des compétences acquises, mais aussi de celles que l’on veut exploiter dans le futur sur le marché du travail».       

Un conseiller en orientation pourra te donner les ressources nécessaires pour peaufiner ton curriculum vitae, ta lettre de présentation et tout ce qui englobe ta réinsertion professionnelle.      

Si tu n’as pas les moyens de te payer les services d’un orienteur en entreprise privée, tu peux passer par le centre local d’emploi le plus près de chez toi. Ils pourront te diriger vers des organismes spécialisés en employabilité qui t’offriront différents services gratuits.      

6. L’horaire d’un premier ministre  

Crée-toi un agenda bien rempli et compose-le d’activités sportives, de rencontres de réseautage et de périodes de recherche d’emploi. Cet horaire te donnera l’impression de conserver un rythme professionnel et tu auras le sentiment d’avoir accompli quelque chose à la fin de ta journée. Parfois, juste s’habiller pour bosser dans un café peut faire toute la différence.       

Et pourquoi ne pas faire du bénévolat? Donner au suivant te permettra de garder le moral et tu te sentiras assurément utile pour ta communauté!      

«Se chercher un emploi, c’est un emploi à temps plein en soi», estime Martine Lacharité. «Et il faut prendre le temps de s’y investir», juge-t-elle.      

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux