/entertainment/events
Navigation

Effets spéciaux et impressionnisme

Deux expositions d’envergure seront offertes à Québec en 2020

J.M.W. Turner, Tivoli: Tobias and The Angel
Photo courtoisie Tivoli : Tobias and The Angel de J.M.W. Turner

Coup d'oeil sur cet article

De l’univers fascinant des effets spéciaux cinématographiques aux œuvres mythiques de l’impressionniste J.M.W. Turner, les musées d’État de Québec seront l’hôte, en 2020, de deux grandes expositions internationales.

En juin, le Musée de la civilisation dévoilera les plus grands secrets du cinéma grâce à l’exposition Effets spéciaux. Le public pourra découvrir, dans un parcours interactif qui permet de passer par toutes les étapes de la conception, les techniques les plus raffinées de l’industrie cinématographique et audiovisuelle.

Plus d’un siècle de recherche en effets spéciaux sera mis en lumière. Présentée à Paris l’an dernier par Universcience, l’exposition a attiré 481 000 visiteurs.

Stéphan La Roche, directeur général du Musée de la civilisation, promet « tout un travail d’adaptation pour mettre en évidence l’apport de l’expertise québécoise », puisque le Québec est reconnu partout dans le monde comme en chef de file en la matière.

Une incursion dans le monde des effets spéciaux.
Photo courtoisie
Une incursion dans le monde des effets spéciaux.

 

Rare traversée

Le Musée national des beaux-arts accueillera lui aussi une exposition d’envergure en juin 2020, en exclusivité canadienne. Grâce à une collaboration avec la Tate de Londres, 75 peintres et œuvres sur papier de l’un des précurseurs de l’impressionnisme, le peintre et aquarelliste Joseph Mallord William Turner, traverseront l’Atlantique pour une rare fois.

Surnommé « peintre de la lumière », ses œuvres circulent très peu hors de l’Angleterre. L’exposition aura pour titre Turner et le sublime, et couvrira la plus grande partie de sa carrière, à partir de ses débuts dans les années 1790. Turner est reconnu pour ses paysages de tempêtes spectaculaires, et ses effets atmosphériques.

Le MNBAQ exposera aussi le seul Turner de sa collection, que le musée a reçu en donation de la succession de Maurice Duplessis à fin des années 1950.

Un million $ en appui

Grâce à l’Entente de développement culturel entre la Ville de Québec et le ministère de la Culture et des Communications, les deux musées d’état se partageront une enveloppe de 1 M$ pour faire venir ces deux expositions.

Stéphan La Roche, DG du musée de la Civilisation, Nathalie Roy, ministre, Régis Labeaume et Jean-Luc Murray, DG du MNBAQ.
Photo Stevens Leblanc
Stéphan La Roche, DG du musée de la Civilisation, Nathalie Roy, ministre, Régis Labeaume et Jean-Luc Murray, DG du MNBAQ.

L’annonce a été faite mercredi par Régis Labeaume et Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, lors d’une conférence de presse qui se déroulait à l’hôtel de ville de Québec.

La même entente a permis aux deux musées d’attirer, depuis 2017, quatre expositions d’envergure qui ont toutes connu des succès d’achalandage. Parmi elles, l’exposition Hergé à Québec, qui avait fracassé un record historique de 420 000 visiteurs, ainsi que les expositions Giacometti, Miro à Majorque et Un musée grandeur nature, toujours en cours au Musée de la civilisation.

Stéphan La Roche affirme que le coût d’une exposition comme Effets spéciaux tourne autour de 1,5 million de dollars.


♦ L’exposition Effets spéciaux sera présentée du 18 juin 2020 au 25 avril 2021 au Musée de la civilisation. Turner et le sublime se tiendra au Musée national des beaux-arts du 20 juin au 27 septembre 2020.