/travel/destinations
Navigation

Irlande: enfin le bonheur!

Les voyageurs immobilisent parfois leur véhicule à l’improviste sur les routes de l’Anneau du Kerry, au sud-ouest de l’Irlande, pour immortaliser 180 kilomètres de
paysages panoramiques autour d’une péninsule.
Photo Louis-Philippe Messier Les voyageurs immobilisent parfois leur véhicule à l’improviste sur les routes de l’Anneau du Kerry, au sud-ouest de l’Irlande, pour immortaliser 180 kilomètres de paysages panoramiques autour d’une péninsule.

Coup d'oeil sur cet article

DUBLIN, Irlande | Dans l’Europe morose, l’Irlande détonne par son optimisme. Depuis son adoption comme base européenne par les géants du numérique Google, Apple, Amazon et Facebook, son économie prospère. Ce présent réjouissant contraste avec une histoire nationale pénible, pleine d’exactions, de vexations et de famines. Maltraités par les Vikings pilleurs et preneurs d’esclaves, puis par les Anglais qui éradiquèrent presque l’idiome national, les Irlandais semblent encore étourdis de leur nouvelle bonne fortune.

Ce faux livre lumineux au titre du célèbre roman de James Joyce, Ulysse, orne une œuvre du Musée de l’émigration, à Dublin.
Photo Louis-Philippe Messier
Ce faux livre lumineux au titre du célèbre roman de James Joyce, Ulysse, orne une œuvre du Musée de l’émigration, à Dublin.

 

La voiture est une merveilleuse façon de découvrir l’Irlande. Le périple peut commencer à Dublin et se poursuivre dans les tourbières, les pubs, les châteaux forts, les falaises vertigineuses, etc. À ne pas dédaigner sur le trajet : dans la bourgade portuaire de Dingle se trouve la distillerie de l’un des meilleurs gins du monde.

Au volant, les touristes peuvent découvrir des facettes méconnues de Dublin et de ses alentours.

Dublin

Située sur la côte est de l’Irlande, la capitale du pays conserve un cachet particulier. Monuments historiques imposants presque millénaires, la cathédrale Saint-Patrick et le château de Dublin témoignent de la richesse de l’architecture locale. Les amateurs de bières peuvent y visiter un des bâtiments les plus emblématiques de la ville : le Guinness Storehouse, la maison qui préserve l’histoire de la plus irlandaise des bières.

Les soutes de l’ancien bâtiment portuaire où des millions d’Irlandais passaient pour s’exiler ont 
trouvé une nouvelle vocation plus sympathique : resto-bar. On peut donc se repaître chez Urban Brewing 
après avoir visité le Musée de l’émigration.
Photo Louis-Philippe Messier
Les soutes de l’ancien bâtiment portuaire où des millions d’Irlandais passaient pour s’exiler ont trouvé une nouvelle vocation plus sympathique : resto-bar. On peut donc se repaître chez Urban Brewing après avoir visité le Musée de l’émigration.

Vous y découvrirez aussi quelques faits cocasses.

1. Livre de Kells : Ce livre enluminé par des moines irlandais du 9e siècle est tenu par plusieurs comme une des plus belles pièces du haut moyen-âge européen et c’est une des principales attractions touristiques à Dublin, au cœur de la ville, dans la vieille bibliothèque du Trinity College.

2. Monsieur Boycott : Allez saluer la statue de Charles Cunningham Boycott, un capitaine anglais sans scrupule, devenu célèbre parce que c’est contre lui que s’organisa le premier « boycott »... qui le ruina.

3. Musée de l’émigration (et Urban Brewing) : Avant l’actuel bonheur national irlandais, l’Histoire a été... cruelle. Entre diverses activités réjouissantes, on peut venir verser une larme au Musée de l’émigration, bâti sur les lieux portuaires où des millions d’Irlandais se sont embarqués pour fuir la misère.

4. Maison du Mort (James Joyce) : Un grand classique touristique dublinois : les visites guidées des différentes maisons où James Joyce a vécu ou dont il a parlé. C’est le cas de la maison du Mort, surnommée ainsi parce qu’elle a servi de décor à sa nouvelle intitulée Le mort.

5. Voiture numéro 1 : Si vous apercevez une voiture immatriculée tout simplement « 1 », c’est celle du maire de la ville. En fait, les plaques dublinoises commencent par 08-D. Celle du maire : 08-D-1.


► Notre journaliste était l’invité de Vacances Air Canada qui offre un forfait « Vol et voiture » pour découvrir l’Irlande. Pour ceux qui veulent découvrir les routes de l’Irlande et ses paysages au volant d’une voiture (si conduire à gauche ne vous fait pas peur), ce forfait de 10 jours et 8 nuits appelé Saveurs d’Irlande comprend aussi l’hôtel et le déjeuner. Bref, vous savez où vous allez dormir la nuit suivante, mais vous faites ce que vous voulez pendant la journée. C’est un compromis entre le road trip et le voyage organisé.

À la campagne

Aux alentours de la ville, les touristes pourront découvrir les paysages enchantés de l’Irlande. Voici six endroits à ne pas manquer.

Face aux vertigineuses falaises de Moher, l’homme se sent minuscule et fragile. Le sifflement du vent et le fracas des vagues qui se brisent en contre-bas en font une expérience auditive intense.
Photo Adobe Stock
Face aux vertigineuses falaises de Moher, l’homme se sent minuscule et fragile. Le sifflement du vent et le fracas des vagues qui se brisent en contre-bas en font une expérience auditive intense.

1. Falaises de Moher : Hautes de plus de 200 mètres et s’allongeant sur quelque 8 km, les falaises de Moher impressionnent près d’un million de visiteurs par an. Elles nous font sentir minuscules et fragiles. Le bruit du vent, puissant presque en permanence par ici, se conjugue au fracas du déferlement des vagues sur le roc en contre-bas.

Quoi de mieux qu’une Guinness 
pour accompagner sa chaudrée ? 
Ce mets est la spécialité du pub Gus
O’Connor du village de Doolin, 
non loin des falaises de Moher.
Photo Louis-Philippe Messier
Quoi de mieux qu’une Guinness pour accompagner sa chaudrée ? Ce mets est la spécialité du pub Gus O’Connor du village de Doolin, non loin des falaises de Moher.

2. Château moderne : Dans le Connemara, une région désolée, on peut visiter Kylemore Abbey, le château d’un richissime médecin et innovateur anglais, Mitchell Henry (1826-1910). Amoureux de sa pauvre région d’adoption, M. Henry a si bien traité son personnel irlandais, et il a tellement fait pour revaloriser la région qu’on le tient en haute estime depuis. Notamment, il s’était fait construire des serres chauffées pour fruits exotiques en hiver. Il a aussi utilisé les ruisseaux de la montagne adjacente pour générer de l’hydro-électricité et s’autosuffire.

Vous le sentirez partout en Irlande. 
La tourbe séchée tient lieu de combustible dans ce pays où les forêts se font rares. Son parfum flotte à la ville comme à la campagne.
Photo Louis-Philippe Messier
Vous le sentirez partout en Irlande. La tourbe séchée tient lieu de combustible dans ce pays où les forêts se font rares. Son parfum flotte à la ville comme à la campagne.

3. Tourbière : La cabane de Dan O’Hara — contraint à l’exil à New York où il a vécu dans la rue en vendant des allumettes — témoigne de la pauvreté qui fut longtemps la normalité dans le Connemara. Le visiteur se fait montrer comme la tourbe est récoltée, puis laissée à sécher, avant de finir dans le foyer.

Le château de Bunratty est un authentique château du Moyen Âge où des hommes armés jusqu’aux dents occupaient le rez-de-chaussée pour éviter que des rebelles égorgent les seigneurs vivant à l’étage.
Photo Adobe Stock
Le château de Bunratty est un authentique château du Moyen Âge où des hommes armés jusqu’aux dents occupaient le rez-de-chaussée pour éviter que des rebelles égorgent les seigneurs vivant à l’étage.

4. Château de Bunratty : Voici une sorte de Village d’antan de Drummondville version irlandaise. Un authentique château fort du Moyen Âge, celui de Bunratty, bien restauré, y côtoie des maisons et des ateliers typiques de différentes époques qui graduellement se modernisent, pour aboutir à un village plus moderne et à une maison bourgeoise cossue du 19e siècle.

5. Île de Luke Skywalker : Le dernier Star Wars n’a pas séduit la critique, mais tout le monde a jugé incroyable le lieu de tournage où le personnage de Luke Skywalker s’est fait ermite : l’île de Skellig Michael, abrupte et désolée, qui se dresse à quelque 200 mètres dans des flots déchaînés, avec des huttes de pierres en forme de ruches. Accessible par bateau par beau temps seulement.

La distillerie de Dingle s’illustre par un gin parmi les meilleurs du monde. Les visites guidées avec dégustation y 
sont populaires.
Photo Louis-Philippe Messier
La distillerie de Dingle s’illustre par un gin parmi les meilleurs du monde. Les visites guidées avec dégustation y sont populaires.

6. Distillerie de Dingle : Tout va si bien en Irlande depuis quelque temps que même ses distilleries ont la cote. La distillerie de Dingle se lançait à peine dans la production de gin que son cru remportait le prix de meilleur gin du monde à Londres. Un musée se rattache à la distillerie de cette charmante petite ville portuaire où, soit dit en passant, une crèmerie, Murphy’s, utilise l’eau de mer de la baie voisine pour fabriquer un parfum de glace sucré salé à « saveur d’Atlantique », un incontournable auprès des touristes.

À SAVOIR...

Tourbe : Sentez-vous cette odeur dans l’air ? Autant à Dublin que dans les villages, on hume une fumée très distincte de celle de bois à laquelle nous sommes habitués. C’est le parfum de la tourbe séchée qui est le combustible traditionnel de l’Irlande, où le charbon et le bois se font rares. Certains whiskies écossais dits « tourbés » dégagent exactement cette senteur. Mais les Irlandais ne sont pas friands de boisson tourbée parce que, justement, m’explique un vieil Irlandais du Connemara : « Ils ne sont pas intéressés à boire quelque chose qui goûte comme leur maison ». On les comprend...

Palmiers : Autre surprise, les « palmiers ». Il y en a un peu partout. Les Cordyline australis sont originaires de Nouvelle-Zélande. Cultivés au 19e siècle dans les jardins bourgeois, ils se sont émancipés et propagés naturellement un peu partout, surtout près des plages qui ont maintenant des airs du sud. Voilà qui témoigne du pouvoir des courants marins chauds qui baignent l’Irlande.

Verdeur extrême : La couleur nationale irlandaise ne pouvait être que le vert parce que tout, là-bas, se recouvre rapidement de mousse verte. Les troncs, les branches, les pierres, etc.