/sports/hockey
Navigation

Jeff Carter embrasse son rôle de vétéran

Jeff Carter, le 12 novembre 2019
PHOTO AFP Jeff Carter, le 12 novembre 2019

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant des Kings de Los Angeles Jeff Carter disputera un 1000e match dans la Ligue nationale de hockey (LNH) samedi, mais se concentre désormais sur le partage de son expérience aux plus jeunes joueurs. 

Carter, qui a débuté sa carrière avec les Flyers de Philadelphie, épaule désormais une équipe rajeunie des Kings, eu peu comme les vétérans l’ont fait pour lui au début de sa carrière, en 2005. 

«Il y avait moi et Mike [Richards], et tous les autres étaient vieux», a mentionné Carter au site NHL.com, vendredi. «Nous avions une très bonne équipe. L’entraîneur Ken Hitchcock était en poste, et il voulait des gars expérimentés. On avait Peter Forsberg, Derian Hatcher, Keith Primeau et Simon Gagné, de très bons vétérans qui nous ont montré la bonne façon de faire les choses.» 

Au sein de la formation californienne, Carter fait partie des joueurs les plus âgés avec Anze Kopitar, Dustin Brown, Ilya Kovalchuk et Jonathan Quick. Blake Lizotte (21 ans), Carl Grundstrom (21 ans), Austin Wagner (22 ans) et Adrian Kempe (23 ans) sont les plus jeunes joueurs des Kings à avoir un poste semi-régulier avec le grand club. 

«Lorsque les jeunes arrivent avec des questions, tu y réponds. Tu essaies d’être un bon gars, de parler, d’avoir le sourire tous les jours. C’est un milieu difficile, surtout quand les choses ne vont pas comme on le voudrait», a dit l’homme de 34 ans, faisant référence aux récents déboires des Kings. 

Désillusion après le succès 

Dès son arrivée à Los Angeles, au milieu de la saison 2011-2012, Carter a connu du succès, et ses coéquipiers et lui ont été en mesure de soulever la coupe Stanley, une première dans l’histoire de l’équipe. Les Kings n’ont pas pris de temps avant de rééditer le tout, repartant une fois de plus avec les grands honneurs, en 2014. 

En 2018-2019, le club a atteint les bas-fonds de la LNH, et les insuccès se poursuivent cette saison pour Carter et son équipe. Récoltant habituellement une soixantaine de points par saison, l’Ontarien n’en a obtenu que 33 la saison dernière. 

«L’année dernière a été dure», a admis le 11e choix au total du repêchage de 2003. «Rien ne semblait aller. Toute l’année, je n’étais pas confortable sur mes pieds. J’ai commencé à me sentir mieux cet été, heureusement, parce que mon patin est une partie importante de mon jeu. Lorsque je suis confortable, tout semble s’ouvrir devant moi.» 

En 999 matchs en carrière dans la LNH, il a obtenu 712 points en saison régulière et a disputé 120 rencontres de séries éliminatoires. Il a aussi décroché l’or aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014 avec l’équipe canadienne.