/opinion/columnists
Navigation

L’avenir du PLQ

Coup d'oeil sur cet article

Pour renaître politiquement, le PLQ doit sortir de Montréal et renouer avec l’électorat francophone. Mais pour cela, il doit adopter un discours nationaliste qui heurtera inévitablement sa base montréalo-lavalloise, convaincue des vertus du multiculturalisme et préférant le drapeau canadien au drapeau québécois. La transformation démographique du Québec a des conséquences politiques.

Comment faire, alors ? Ce n’est pas si simple.

Bourassa

Dominique Anglade croit toutefois avoir trouvé la solution. Laquelle ? En appeler, comme le rappelait hier Antoine Robitaille, de manière quasi incantatoire, à la mémoire de Robert Bourassa, le dernier chef du PLQ à avoir connecté avec la majorité historique francophone et à avoir porté plutôt que combattu ses aspirations.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

C’était au siècle dernier. Au millénaire dernier, même. Mais il ne suffit pas d’invoquer les esprits pour qu’ils se matérialisent devant nous. Robert Bourassa appartient à une histoire, celle de la Révolution tranquille et de ses suites, qui nous semble aujourd’hui incompréhensible.

À ce moment-là, les fédéralistes à la Bourassa comme les souverainistes à la Lévesque communiaient dans un même nationalisme tout à la fois politique et identitaire. Il s’agissait de refonder le Québec, de lui donner les pleins moyens d’une nation, à l’intérieur ou à l’extérieur du Canada. Les fédéralistes voulaient réformer le Canada et assurer la reconnaissance du Québec comme société distincte, les souverainistes voulaient réaliser l’indépendance. Nous sommes loin de cela aujourd’hui.

Anglade

Que reste-t-il, alors, de l’esprit de Robert Bourassa ? Est-ce que Dominique Anglade va vouloir rouvrir la Constitution ? Ce serait surprenant. Voudra-t-elle reprendre le combat pour le français ? Cela impliquerait de lutter contre l’anglicisation de Montréal et de Laval. Ce n’est pas le créneau libéral. Voudra-t-elle se réconcilier avec la laïcité ? On attend la suite.

Le drame du PLQ, c’est que l’héritage bourrassiste a été en bonne partie récupéré par la CAQ. Un parti que Dominique Anglade a quitté parce qu’il était trop nationaliste...