/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les mots dits du samedi

Coup d'oeil sur cet article

Tout nu

1. « À cause de son talent ou grâce à son talent ? » On ne dit pas : il a réussi « à cause de », mais « grâce à ». La locution « grâce à » signifie « à l’aide de quelqu’un ou quelque chose » et s’emploie pour signaler un résultat heureux. L’expression « à cause de » signifie « par la faute de » et est utilisée pour introduire un résultat le plus souvent malheureux. C’est grâce à son talent qu’il a obtenu son diplôme, mais à cause de sa paresse qu’il est chômeur. 

2. Remplir ou compléter un formulaire ? Compléter signifie rendre complet, ajouter ce qui manque. On ne complétera un formulaire qu’à partir du moment où il est incomplet. Le verbe compléter a le sens de rendre complet ce qui est resté incomplet. On complète un formulaire... non complété. On remplit un formulaire... du début à la fin. Mais personne ne tapera sur les doigts de Louise si elle « complète » le formulaire que Louis n’a pas réussi à remplir... complètement. 

3. Écrit-on un « va-nu-pieds » ou un « va nu pied », je marche « nu pied » ou je marche « nu-pieds » ? Employé comme adjectif qualificatif, « nu » s’habille du e marquant le féminin ou du s indiquant le pluriel. Ex. : L’hiver, il n’est pas bon de se promener la tête nue. Mais le mot nu est invariable dans un nom composé. On écrit un « va-nu-pieds » (un miséreux). On écrit « il marche nu-pieds ». Mais, l’adjectif nu ne s’accorde en genre et en nombre que quand il suit le nom : il marche pieds nus.

La morve au nez

« Bon, ça recommence cette année ! Il fait plus 2 degrés, plus 4, plus 6. Il peut faire moins 2, ou moins 4 degrés, mais pas plus 2, plus 4 ou plus 6. On dira plutôt “il fait 2 ou 4 ou 6 degrés”. Le “plus” n’a pas sa place, là ! ». Rien à ajouter à cette remarque fort juste d’une lectrice Carmen P. 

Et puisqu’il est presque question de pieds gelés et de morve au nez, un lecteur, Louis J. – tout comme C. d’Anjou il y a quelque temps – n’en peut plus d’entendre certaines « vedettes » des bulletins de météo télévisés annoncer des « températures à hauteur de 7 degrés » ou « des probabilités de neige à hauteur de 60 % ». La locution « à hauteur de » signifie « pour le montant de », « à concurrence de », « dans la limite de », « de l’ordre de », « à une valeur économique de ». Son complément est très normalement une quantité ou une somme d’argent... en tout cas jamais un degré de chaleur ou de froid. Mais... chute de neige ou averse de neige ? 

Longtemps, le nom averse a été exclusivement lié à l’idée de pluie. Dans notre pays de poudrerie « où la neige au vent se marie », les averses de neige ont fait leur apparition. Non qu’elles n’existaient pas, mais, courtes ou sans fin, elles s’appelaient chutes. La neige chute encore sur nos sols gelés, mais quand elle tombe de façon subite et abondante, et qu’elle est de courte durée, elle peut prendre le nom d’averse.

Quelle est la bonne formule ?

Il demeure beaucoup à faire ou il reste beaucoup à faire ? 

Les partis sont nez à nez ou au coude-à-coude ?

Les lettres mêlées

FFIIRABNDÉCHEL

Définition : Illisible

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponses 

Quelle est la bonne formule ? 1. Il reste beaucoup à faire. 2. Les partis sont au coude-à-coude.

Les lettres mêlées : INDÉCHIFFRABLE