/news/politics
Navigation

Nadeau-Dubois n’a «jamais rencontré» de fédéralistes à QS

Congrès 2019, «Prendre le pouvoir, Transformer le Québec», de Québec solidaire au cégep Édouard-Montpetit à Longueuil, près de Montréal, samedi le 16 novembre 2019.
PHOTO Joël Lemay Congrès 2019, «Prendre le pouvoir, Transformer le Québec», de Québec solidaire au cégep Édouard-Montpetit à Longueuil, près de Montréal, samedi le 16 novembre 2019.

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL | Les solidaires, qui ont précisé en congrès leur démarche d’accession à l’indépendance, peinent à croire que des fédéralistes, qu’ils soient verts ou gauchistes, puissent militer dans leurs rangs.  

 «Je sais que certains adversaires aiment bien agiter l’épouvantail des fédéralistes à Québec solidaire, (mais) moi, j’en ai jamais rencontrés», a répété samedi le co-porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois.       

• À lire aussi: Trains du REM fabriqués à rabais en Inde : gênant, déplore Nadeau-Dubois  

• À lire aussi: L’indépendance du Québec au cœur du congrès de Québec solidaire  

Cette idée a notamment été renforcée par le chef bloquiste Yves-François Blanchet qui, à quelques jours du congrès qui avait notamment pour objectif de «consommer» le mariage conclu il y a deux ans entre Québec solidaire et Option nationale, a jeté un pavé dans la marre.       

Sur Twitter, celui qui a créé la surprise en faisant élire 32 députés souverainistes au Parlement canadien a reproché aux solidaires d’avoir offert un «appui actif au NPD» lors des dernières élections fédérales, ce qui, a-t-il ajouté, «a possiblement coûté quelques sièges» au Bloc québécois.       

Khadir, Machouf et le NPD  

Plusieurs ont évidemment fait le lien avec le fait que la conjointe de l’ex-porte-parole de Québec solidaire Amir Khadir, Nima Machouf (elle aussi une militante solidaire de longue date), s’est présentée sous la bannière néo-démocrate dans Laurier-Sainte-Marie.       

«Faudrait lui demander si elle, elle est en faveur ou pas de l’indépendance du Québec, a indiqué à ce sujet M. Nadeau-Dubois. Ce que je sais, c’est qu’Amir l’était. Je ne ferais pas d’association entre lui et sa femme.»       

Lorsqu’elle a fait le saut en politique fédérale, au printemps dernier, Mme Machouf a révélé qu’elle était bien souverainiste, mais «pas tant que ça».       

«Moi, comme féministe, je peux dire que je ne suis pas du tout étonné qu’en 2019, les femmes ne votent pas comme leur mari», a commenté de son côté le député et ex-chef chef d’Option nationale, Sol Zanetti, à propos de Mme Machouf et de M. Khadir.       

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Tous bienvenus, selon Zanetti  

Ni un ni l’autre ne se sont présentés au congrès de Québec solidaire, vendredi et samedi. M. Khadir a toutefois fait campagne avec QS dans Jean-Talon au cours des dernières semaines.       

«Tout le monde est bienvenu, mais Québec solidaire, c’est un parti indépendantiste, il faut être d’accord avec la démarche indépendantiste», a fait valoir M. Zanetti.       

«Le but, ce n’est pas de dire aux fédéralistes: vous n’êtes pas les bienvenus, c’est de dire engageons la discussion, on va vous convaincre que c’est pas mal plus intéressant l’indépendance», a continué l’élu solidaire de Jean-Lesage.       

«Nous, notre véhicule, c’est un véhicule qui cherche à rassembler», a déclaré à son tour la co-porte-parole Manon Massé, en réponse aux critiques du chef bloquiste.    

Par ailleurs, les membres de Québec solidaire ont adopté samedi une série de propositions visant à préciser les gestes de rupture avec le Canada qu’un gouvernement solidaire poserait dès son élection, advenant une victoire en 2022.  

Pour une armée québécoise  

Après débat, les militants solidaires ont finalement tranché en faveur d’un éventuel Québec souverain qui serait doté d’une défense mixte, à la fois civile et militaire.  

Il s’agit de l’option qui était privilégiée par M. Nadeau-Dubois et Mme Massé, l’autre étant celle d’un Québec sans armée.