/travel/destinations
Navigation

Voyager par la musique

ÉVA 1116 Passeport de star
Photo courtoisie Angèle Dubeau et son conjoint Mario Labbé, à dos de chameaux dans le désert du Sahara.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’elle s’est retrouvée avec un violon entre les mains, la virtuose Angèle Dubeau a réalisé que sa passion était sans frontières ; elle la partagerait avec le monde, mais surtout autour du monde. « Avec ma musique, je parle un langage universel, mon violon me permet de communiquer avec les citoyens du monde entier malgré la barrière de la langue », dit-elle. Son tout récent album Pulsations, avec son ensemble La Pieta, est un grand voyage en musique puisqu’elle interprète les mélodies de 11 compositeurs internationaux.

VOUS AVEZ JOUÉ DANS UNE CINQUANTAINE DE PAYS DEPUIS LE DÉBUT DE VOTRE CARRIÈRE, SELON VOUS, QUELLE EST LA PLUS BELLE SALLE DE SPECTACLE DANS LE MONDE ?

L’opéra de Tokyo m’a vraiment impressionnée à la fois par son esthétisme fabuleux, et par son acoustique inégalée. La salle de 5000 places fait le double de celle de la Maison symphonique de Montréal. Décorée de rouge et de doré, elle a une allure très contemporaine. Elle contient aussi beaucoup de bois, un matériau qui a un fort pouvoir d’absorption acoustique.

D’AUTRES SALLES VOUS ONT PLU ?

Le Palacio de Bellas Artes et son rideau de Tiffany sont des œuvres à part entière.
Photo courtoisie
Le Palacio de Bellas Artes et son rideau de Tiffany sont des œuvres à part entière.

Au Mexique, au cœur de la grande ville de Mexico, il faut à tout prix visiter le Palacio de Bellas Artes. Le cadre de la scène est de la grandeur de celle de la salle Wilfrid-Pelletier, et le rideau à l’arrière-plan avec les trois collines de Mexico est l’œuvre de Tiffany. Chaque fois que j’y donne des représentations, j’ai des frissons. L’acoustique est extraordinaire, le public mexicain m’a adoptée et en plus, le rideau de Tiffany est une œuvre d’art exceptionnelle encore plus impressionnante quand elle est éclairée ! Le Teatro Colon de Buenos Aires en Argentine, un édifice historique datant de 1908, et le Southbank Centre, de Londres, méritent également le détour.

PARMI TOUS LES PAYS VISITÉS AU FIL DES ANS, QUELS ONT ÉTÉ VOS COUPS DE CŒUR ?

Angèle Dubeau est tombée sous le charme de Bora Bora, en Polynésie française, lors d’un voyage à l’occasion de son 50<sup>e</sup> anniversaire.
Photo courtoisie
Angèle Dubeau est tombée sous le charme de Bora Bora, en Polynésie française, lors d’un voyage à l’occasion de son 50e anniversaire.

La Polynésie française où j’ai été pour mon cinquantième anniversaire, un cadeau offert par mon conjoint Mario Labbé. Je rêvais d’y aller, car mes parents étaient tombés en pâmoison devant la beauté de ce petit paradis terrestre. J’en avais tellement entendu parler que je craignais d’être déçue, mais au contraire, la splendeur des lieux a dépassé toutes mes attentes... Nous logions dans une maison sur pilotis sur une île privée, à quatre minutes en bateau de Bora Bora. Le climat était très agréable avec son petit vent constant et la nuit, nous laissions les portes et les fenêtres ouvertes. Nous avions l’impression d’être seuls au monde, entourés de cette eau d’un bleu magnifique. Nous en avons profité pour faire du vélo, de la plongée en apnée, du catamaran et du kayak. Bien sûr, nous avons visité des temples et goûté à la cuisine typique. Un voyage parfait pour se retrouver en couple et relaxer.

VOUS SEMBLEZ AVOIR UN AFFECT PARTICULIER POUR L’ARGENTINE.

Buenos Aires est une ville à la richesse culturelle incroyable, et ses habitants en sont très fiers ! On y mange bien – c’est d’ailleurs dans ce pays que j’ai goûté à de la chèvre pour la première fois – et les Argentins prennent le temps de vivre. Le soir, on ne s’attable jamais avant 22 heures. C’est un pays qui laisse également une grande place à la musique. D’ailleurs, j’ai eu la chance d’assister à du vrai tango, une danse d’une sensualité incroyable. La volonté artistique de s’éclater en Argentine est vraiment très présente. Enfin, la mode est très belle. Les Argentins portent une attention particulière à leur tenue vestimentaire.

VOTRE FILLE A FAIT DES ÉTUDES À MELBOURNE, EN AUSTRALIE, ET VOUS AVEZ APPRÉCIÉ LA VILLE, SEMBLE-T-IL ?

Effectivement, Melbourne est une ville passionnante que l’on compare souvent à Montréal. Elle attire les jeunes et, du même fait, y circule une belle énergie. Son climat est idéal. L’architecture est fort intéressante avec ses monuments historiques, inspirés de l’architecture britannique, où s’ajoutent plusieurs immeubles ultramodernes qui parfois « choquent » l’œil par leur originalité. La couleur est aussi omniprésente, ce qui lui confère un aspect moins « bétonné ». Melbourne est multiethnique, et on y trouve beaucoup d’argent. Quand ma fille m’a annoncé qu’elle y ferait des études, j’ai eu une peur bleue qu’elle rencontre un bel Australien et qu’elle y passe sa vie. Heureusement pour sa mère, ça ne s’est pas produit !

IL Y A TROIS ANS, VOUS AVEZ EU LA CHANCE DE VISITER LA BIRMANIE ?

Angèle Dubeau en Birmanie.
Photo courtoisie
Angèle Dubeau en Birmanie.

Effectivement, et ce fut un voyage mémorable, en particulier notre visite de Bagan. L’une des villes dans le monde où l’on trouve la plus grande concentration de temples. Il y en a à perte de vue. Leur forme rappelle celle d’un biscuit whippet avec leur bout pointu de couleur dorée. Nous les avons admirés au lever du jour du haut d’une montgolfière. Ils sont apparus à travers les nuages rosés du matin, et plus le soleil montait, plus l’or des temples nous éblouissait...

VOUS GARDEZ DE BEAUX SOUVENIRS DU LAC INLE, EN BIRMANIE, ÉGALEMENT.

En bateau, nous avons découvert plusieurs villages dont l’un habité par les femmes au long cou, ou « femme girafe ». Dès l’âge de cinq ans, elles portent un collier-spirale en laiton autour du cou. Au fur et à mesure de leur croissance, il est remplacé par une spirale plus longue, ce qui a pour effet d’allonger leur cou. Un critère d’une grande beauté à leurs yeux. Dans un autre village, nous avons croisé des hommes qui se disent mi-homme, mi-cougar. Ils portent des peaux de cougar sur les épaules pour se sentir invincibles. Puis, il y a tous ces pêcheurs qui font avancer leur petite barque avec leurs jambes complètement enroulées autour de la rame pour ainsi avoir les mains libres pour pêcher. Un monde complètement déstabilisant pour les Occidentaux, mais combien fascinant ! Ce lac est aussi fort intéressant, car ses habitants ont développé des techniques de culture inusitée pour cultiver leurs légumes à même l’eau du lac.

EN 2013, VOUS AVEZ VISITÉ LE SAHARA ?

Nous avions besoin, mon conjoint et moi, de faire le vide. Je venais de terminer des traitements pour un cancer du sein et Mario venait d’apprendre qu’il avait un cancer de la prostate, alors nous voulions nous évader quelque part pour nous ressourcer. Nous avons choisi d’aller au Maroc et de faire une escapade dans le désert. Quel bonheur d’admirer ce ciel étoilé, comme l’on n’en voit nulle part ailleurs, et de ressentir ce calme immense ! Nous étions comme un petit grain, parmi tous ces grains de sable. Un grand silence régnait et nous avons eu de grands moments où nous sommes restés sans même nous parler...

Un voyage d’une grande profondeur, parfait pour ce que nous recherchions à cette époque de notre vie.


Pour en savoir plus, suivez notre collaboratrice Marie Poupart sur Facebook.