/weekend
Navigation

Le poids des fourmis: transmettre l’espoir

Le poids des fourmis: transmettre l’espoir
Photo courtoisie, Jonathan Malenfant

Coup d'oeil sur cet article

L’auteur et le metteur en scène David Paquet et Philippe Cyr sont de nouveau réunis, cette fois dans une nouvelle création, Le poids des fourmis. Présentée à Fred-Barry, la pièce qui joue sur le thème de la mobilisation et de l’espoir évoque la peur chez les adolescents de voir la terre mourir.

La pièce aborde plusieurs thèmes et préoccupations, dont la mobilisation et l’état de la terre, du fait des changements climatiques. « La question de l’angoisse que l’on peut avoir face à plusieurs enjeux comme l’environnement est quelque chose qui m’interpelle », confie Philippe Cyr, qui a sauté à pieds joints dans l’aventure en assurant la mise en scène. « C’est difficile concrètement d’avoir une emprise réelle pour contrer ces problèmes et de poser les bons gestes en allant même faire son épicerie », ajoute-t-il.

Dans cette histoire, on verra que les adolescents ont peur de voir la terre s’éteindre.

Appel à la solidarité

Parmi les personnages, on retrouve deux adolescents, dont Jeanne (Élisabeth Smith) qui est complètement révoltée de ce que font ou ne font pas les adultes pour l’environnement, au point de faire du vandalisme. « Elle brasse la cage », fait remarquer le metteur en scène. L’autre adolescent, Olivier (Gabriel Szabo) est son opposé. Il est très sensible et terrassé par son angoisse, ne sachant trop comment agir. « Ils font tous les deux le même cauchemar, celui de recevoir la terre morte en cadeau », révèle Philippe Cyr, qui a entre autres signé la mise en scène de la pièce à succès J’aime Hydro.

Les adolescents constatent que les choses vont mal, mais se sentent impuissants. Conscients qu’il est difficile individuellement d’avoir un réel impact sur l’environnement, on fait appel à la solidarité. « On ne sait plus comment, en tant que citoyen, réussir à avoir une emprise sur les enjeux qui nous préoccupent », souligne le metteur en scène.

Ainsi, on verra que la direction de l’école mettra en place La semaine du futur. « Dans ce cadre, on procédera à une élection pour la présidence étudiante et par ce geste, on soulève l’impact du vote et l’inertie du groupe », indique Philippe Cyr.

Place aux ados

Même si la pièce s’adresse à un grand public, elle a été conçue pour plaire plus particulièrement aux adolescents. Ce sont eux qui feront bouger les choses dans cette histoire. Quant aux autres personnages – on en compte une quinzaine, interprétés par deux comédiens –, on retrouvera, entre autres, le directeur de l’école et un psychologue qui font figure d’autorité.

Et pourquoi Le poids des fourmis ? « On dit que statistiquement parlant, il y a tellement de fourmis sur la terre que le poids de toutes les fourmis réunies pèse plus lourd que tout le poids des humains, répond le metteur en scène. C’est une métaphore pour dire que lorsque l’on se rassemble, on peut peser lourd. »

Principalement, Philippe Cyr insiste sur le fait que l’on souhaite transmettre l’espoir.

C’est aussi lui qui mettra en scène la pièce Atteintes à sa vie de Martin Crimp qui prendra l’affiche à l’Usine C à compter du 24 mars.

Le poids des fourmis

  • Auteur : David Paquet
  • Metteur en scène : Philippe Cyr
  • Distribution : Nathalie Claude, Gaétan Nadeau, Élisabeth Smith et Gabriel Szabo
  • Du 19 novembre au 7 décembre au Théâtre Denise-Pelletier (Salle Fred-Barry)