/weekend
Navigation

«Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée» de Christine Michaud: quête de soi sur fond ensoleillé

Christine Michaud
Photo Courtoisie, Mathieu Dupuis Christine Michaud sera présente au Salon du livre de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Sous le chaud soleil de la Floride, Christine Michaud a choisi d’explorer les prises de conscience qui mènent à la guérison des blessures et à la libération des entraves dans son deuxième roman, Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée. Son histoire, mettant en scène une journaliste hyper occupée en deuil de sa flamboyante grand-mère, est une invitation à voir les rêves se réaliser.

Corinne, une journaliste de 38 ans à l’agenda bien rempli, est en deuil de son exubérante grand-mère. À la demande de sa famille, elle s’envole vers la Floride pour vider la maison de Frannie, qui vivait là-bas depuis plusieurs années.

Dans cette résidence colorée, véritable caverne d’Ali Baba, Corinne va de surprise en surprise.

Elle découvre que sa grand-mère était considérée par ses voisins et ses amis comme une sage des temps modernes et qu’elle avait même bâti un réseau œuvrant à la «manifestation du rêvé».

Dans ses rêves, Corinne revoit Frannie qui lui formule toutes sortes de recommandations. Elle lui suggère entre autres de recoudre son cœur et d’utiliser ses pouvoirs magiques. Ouverte à ces idées, libre, Corinne s’aligne sur la vie dont elle a toujours rêvé.

Vivre pleinement

Christine Michaud parle avec enthousiasme de son deuxième roman, qui propose des clefs pour s’émanciper et vivre pleinement.

L’histoire lui est arrivée par flashs, et le personnage de Frannie s’est imposé, dans son décor de fleurs tropicales et de palmiers. À travers la grande quête existentielle de Corinne et des enseignements de Frannie, elle dévoile ce qu’est la «manifestation du rêvé».

Qu’est-ce donc que ce concept? «C’est lié beaucoup à l’âme, et il y a une notion qui est, pour moi, plus spirituelle. Ce ne sont pas les rêves de l’ego, c’est-à-dire ce qu’on fait ou ce qu’on souhaite pour se prouver ou pour essayer de remplir un manque», explique-t-elle, en entrevue.

Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée, Christine Michaud, Éditions Édito, 280 pages.
Photo courtoisie
Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée, Christine Michaud, Éditions Édito, 280 pages.

Il s’agit plutôt d’écouter ce que la vie veut faire à travers nous, ajoute-t-elle. «Je suis convaincue que chaque être humain vient sur Terre avec un certain bagage. On a des qualités, des forces, comme des faiblesses. Notre responsabilité, c’est d’apprendre à mieux se connaître, à être connecté à notre âme, à notre essence, pour bien capter ce qu’on est venu mettre de l’avant.» Après, il faut beaucoup d’audace. «On n’est pas ici pour que ce soit lourd, stressant, pénible. On est ici aussi pour s’amuser. Je pense que les élans de notre âme, nos rêves profonds et ce qu’on devrait manifester dans notre vie, souvent, c’est très joyeux. Il y a quelque chose de fort, à l’intérieur, qui nous pousse.»

Christine Michaud est d’avis que mettre un bouchon sur ces élans créatifs profonds risque de tout faire sauter.

«Parfois, on vit des découragements, même un burnout ou une dépression. Toutes sortes de trucs négatifs nous arrivent parce qu’on n’est plus en train de réaliser ce qu’on porte en nous.»

«Moi, je fonctionne avec trois choses : je veux être connectée à qui je suis vraiment, ce qui m’amène à me connecter aux autres, et à quelque chose de plus grand que moi. Ensuite, me libérer. Et après, être au service, de mon âme d’abord, puis des autres et de la vie. Qu’est-ce que j’ai à laisser comme trace de mon passage sur cette Terre? La manifestation du rêvé, c’est ça.»


♦ Christine Michaud est l’auteure de nombreux best-sellers, dont certains ont été traduits en plusieurs langues.

♦ Elle a étudié en psychologie positive avec Tal Ben-Shahar, le grand professeur de bonheur de Harvard.

♦ Elle présente chaque année des conférences et des formations web.