/misc
Navigation

Vert demain

Un pays à gauche

Vert demain
PHOTO Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Il faut aimer beaucoup le cinéma ou avoir un parfait contrôle de soi pour ne pas éclater de rire devant la comédie indépendantiste que nous présente Québec solidaire ces jours-ci...     

Un pays, une armée «dissuasive» et pourquoi pas des missiles balistiques pointés sur le Nouveau-Brunswick...      

Une Assemblée constituante, une constitution du genre tarte aux pommes et un référendum pour contrer les changements climatiques... Oui môssieu!     

Le fou rire nous gagne plus vite que la moutarde monte au nez, pas vrai?     

Mais notez bien que ce ne serait pas la première fois que des politiciens ne croient pas eux-mêmes à ce qu’ils disent.     

L’indépendance, que les Bérets blancs de QS promettent dans un «premier mandat» (sic), c’est au pied de l’arc-en-ciel qu’on la trouvera...      

L'indépendance d'un pays vert fluo, débarrassé du pétrole, du capitalisme, des riches et des petits bourgeois...Un pays dégenré, ni chair, ni poisson.     

D’abord, si on se fie à la plate-forme politique de QS, ça prendrait très probablement plus d’un mandat avant de déboucher sur un quelconque résultat.     

Incidemment, le programme officiel de QS est plus compliqué qu’un scrum et incompatible avec Twitter...      

Voyons voir: d'abord, il prévoit l’élection au suffrage universel d’une Assemblée constituante dont le nombre de représentants est toujours inconnu. Un parlement parallèle, autrement dit.     

Vert demain
Simon Clark/Agence QMI

Cette nouvelle instance ne serait pas «appelée» (sic), comme l’a faussement dit Gabriel Nadeau Dubois, en fin de semaine.      

On «appelle» seulement quand on veut «caller la shot», remarquez que ce ne serait pas impossible vu le modus operandi habituel des commissaires du peuple à la démocratie participative...     

Ce serait plutôt un nouveau parlement élu. Qui mériterait donc une élection en bonne et due forme. Ce qui veut dire qu’après l’élection de QS, il faudrait se taper une seconde campagne électorale et retourner aux urnes pour choisir les heureux constituants...     

Toujours selon le programme du comité central, cette assemblée serait composée d’un nombre égal de femmes et d’hommes et représenterait proportionnellement «les tendances et les différents milieux socio-économiques présents au sein de la société québécoise».   

On imagine donc en bonne place les régiments de la CSN, ceux de la FTQ, ceux de la CSQ, de même que les syndicats de l’État et la ribambelle d’organismes revendicateurs plus ou moins sous contrôle syndical. Donc rien de biaisé!     

Toutefois, le seul avantage véritablement tangible serait que, tous ces braves gens étant occupés à nous préparer un pays, les télés seraient enfin libérées de leurs abrutissantes lamentations...     

Le programme du soviet local précise aussi que «les membres de l’Assemblée nationale ne pourront pas se faire élire à l’Assemblée constituante, puisque cette participation requiert une disponibilité à temps plein (sic)». QS ne précise pas le salaire qui viendrait forcément avec ce poste électif à temps complet...     

Le peuple taxable ne disposant pas des congés ou des libérations prévus aux conditions de travail des bavards professionnels, on présume que ce ne sera ni plus ni moins qu’une grosse-grosse-grosse convention collective. Droits, congés et mort aux riches.     

Vert demain
Photo d'archives / Agence QMI

Toujours selon le programme du soviet local, cette grosse-grosse-grosse convention collective serait ensuite soumise au peuple pour approbation dans la cadre d'un référendum qui ne sera pas, celui-là, volé par quiconque.      

Y aurait-il des comités du Oui et du Non ? Eh bien ça, les commissaires du peuple à la question référendaire nous le feront savoir en temps et lieu...     

Alors, GND a beau se faire aussi «pressé» que le disait dimanche l’animatrice de RDI, tout ça prendra du temps, beaucoup de temps et le P’tit Simard aura le temps de blanchir avant de passer au roux comme les autres.     

Ce thème de l’indépendance s’est toutefois avéré fort utile à QS; on a à peine parlé de l’égérie de Taschereau, mise en scène dans Jean-Talon. Quant au reste du programme, il est passé sous silence.     

Par exemple, le raccourcissement sur demande de la semaine de travail, on en parlera peut-être une autre fois... Parce qu'on n'a pas fini de rigoler avec la milice orangina...