/misc
Navigation

Science ou religion à l'école? Projet de loi controversé en Ohio

Science ou religion à l'école? Projet de loi controversé en Ohio
Wikimedia commons

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas la première fois que je publie un billet ayant pour thème la religion. Il est impossible de comprendre l’histoire américaine et d’expliquer certains enjeux actuels si on ne s’intéresse pas d’abord au phénomène religieux.

Vous avez peut-être lu cette nouvelle, plus ou moins bien présentée dans plusieurs médias, qui avance que des élus de l’Ohio voudraient permettre à des étudiants de présenter des réponses à un examen de sciences qui ne s’appuieraient que sur leurs seules convictions religieuses plutôt que des savoirs scientifiques.

Si, effectivement, le projet de loi concerne la place de la religion à l’école, le débat est un peu plus complexe. Le projet de loi dont il est question s’intitule Ohio Student Religious Liberties Act of 2019 et vous le trouverez ici.   

Les partisans du projet de loi sont déjà parvenus à convaincre la majorité républicaine de l’adopter. On débattra maintenant du contenu au sénat, lui aussi majoritairement républicain.

Les promoteurs du projet veulent garantir que des étudiants croyants puissent aborder leurs convictions religieuses dans leurs cours et qu’on ne les pénalise pas (pas plus qu’on ne devrait les récompenser) s’ils le font. Vous percevez un risque de dérapage? Les opposants, oui.

On s’inquiète déjà des balises qui devront être appliquées. Si certains cours sont propices à des échanges sur les religions ou les croyances, d’autres ne s’y prêtent guère. Vous avez peut-être en tête des cours qui pourraient aborder des questions comme l’âge de la terre, le réchauffement climatique, la théorie de l’évolution ou encore la séparation de l’Église et de l’État. Ce ne sont que quelques exemples qui suscitent également des interrogations chez les enseignants.

Selon quelques observateurs, les enseignants des petites localités et des zones rurales seraient encore plus inquiets. La pratique religieuse y est souvent plus importante et les communautés, tissées serrées. On entrevoit déjà des rencontres houleuses avec des parents qui exerceraient des pressions pour remettre en question la correction de certains examens ou de certaines dissertations.

Il y a de bonnes chances pour que ce projet devienne une loi. L’initiative mentionnée ici n’est qu’un exemple de multiples projets de loi qui tentent de limiter l’enseignement appuyé sur des savoirs scientifiques. On peut déjà prévoir qu’il y en aura d’autres.

Peu importe l’issue, nous avons ici un autre indicateur de l’inquiétude d’une partie de la population américaine face à une société en mutation. On mentionne souvent la polarisation politique et la colère des électeurs qui croient qu’on ne les écoute plus.

Si la loi interdit le prosélytisme au sein des écoles publiques, des chrétiens ne manquent pas d’imagination pour s’assurer que science et religion puissent continuer à se côtoyer.

Les Pères fondateurs, représentants des Lumières du 18e siècle, considéraient qu’il était plus sage de séparer l’Église et l’État, pourtant, le débat entourant la place du religieux divise l’opinion depuis 1787. Ce débat me fascine toujours autant.