/news/politics
Navigation

Le ministre Champagne passerait aux Affaires étrangères

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le ministre québécois François-Philippe Champagne serait promu au portefeuille des Affaires étrangères.  

Le député de Saint-Maurice–Champlain et ministre sortant de l’Infrastructure remplacera donc Chrystia Freeland, selon ce qu’a appris TVA Nouvelles.  

Cette dernière deviendrait pour sa part vice-première ministre, en plus d’être placée à la tête du ministère des Affaires intergouvernementales. Ce portfolio est particulièrement important dans le contexte où le mécontentement de l’Ouest canadien se fait de plus en plus sentir depuis l’élection du 21 octobre.   

Chrystia Freeland
Photo d'archives, AFP
Chrystia Freeland

Rappelons que M. Champagne a occupé le poste de ministre du Commerce international au début du mandat majoritaire de Justin Trudeau.  

Plusieurs dossiers chauds l’attendent, comme celui de la ratification de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique ou des tensions avec la Chine.  

Le premier ministre Justin Trudeau doit dévoiler le Conseil des ministres de son gouvernement minoritaire mercredi au cours d’une cérémonie à Rideau Hall, la résidence officielle de la gouverneure générale.  

Jeu de chaises chez les ministres québécois  

Des changements atteindraient bon nombre de ministres québécois. Pablo Rodriguez, qui avait le portefeuille du Patrimoine canadien se verrait confier le rôle essentiel de leader parlementaire. C’est donc à lui que reviendra le mandat de faire avancer le plus possible les travaux parlementaires tout en négociant avec les partis d’opposition.   

Pablo Rodriguez
PHOTO D'ARCHIVES, Agence QMI
Pablo Rodriguez

Son poste laissé vacant serait pourvu par l’écologiste Steven Guilbeault. Si certains espéraient voir cette recrue libérale à l’Environnement, c’est bel et bien au Patrimoine que M. Trudeau souhaite qu’il fasse ses premières armes.  

Steven Guilbeault
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS
Steven Guilbeault

Le ministre Jean-Yves Duclos serait pour sa part promu président du Conseil du Trésor. Le député de la circonscription de Québec occupait le poste de ministre du Développement social, de la Famille et des Enfants.   

Jean-Yves Duclos
PHOTO D'ARCHIVES, DIDIER DEBUSSCHÈRE
Jean-Yves Duclos

Une promotion attendrait en outre la ministre du Tourisme et des Langues officielles, Mélanie Joly.  

Mélanie Joly et Steven Guilbeault
Photo d'archives, Agence QMI
Mélanie Joly et Steven Guilbeault

La possible nomination de Champagne vue d'un bon œil par d'ex-diplomates 

Justin Trudeau aurait choisi le ministre québécois François-Philippe Champagne comme nouveau chef de la diplomatie canadienne, une nomination bien reçue par d’ex-diplomates. 

M. Champagne prend du galon, mais il fera face à de nombreux défis sur la scène internationale, a souligné l’ex-numéro un de l’ambassade canadienne en Chine, Guy Saint-Jacques. 

«Nos problèmes avec les Américains nous ont fait négliger beaucoup d’autres dossiers sur la scène internationale et on s’est fait plusieurs ennemis», a-t-il affirmé. 

S’il applaudit le travail accompli par l’actuelle ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, M. Saint-Jacques rappelle que les relations du Canada avec de nombreux géants comme la Russie, l’Arabie saoudite et l’Iran, sont glaciales. 

Sans oublier la Chine, qui mobilisera sans doute énormément de ressources dans le futur bureau de M. Champagne. 

M. Saint-Jacques estime que l’arrivée d’un nouveau visage à la tête de la diplomatie canadienne est l’occasion d’offrir un nouveau souffle à ce département. 

«Idéalement, il faudrait que, d’ici à Noël, M. Champagne ou le premier ministre prononce un discours important pour dire [quelle est] notre vision, ce que le Canada va vouloir accomplir sur la scène internationale et montrer qu’il y a un souffle nouveau», a ajouté M. St-Jacques. 

L’ex-diplomate Ferry de Kerckhove a souligné, en outre, qu’Ottawa pourrait saisir l’occasion pour renforcer sa candidature pour obtenir un siège au Conseil de sécurité des Nations unies. «Est-ce que l’arrivée de M. Champagne va mener, aussi, à un renforcement de notre capacité en matière de maintien de la paix? Je crois qu’aux Nations unies, après avoir tergiversé pendant tant de mois avant d’offrir nos hélicoptères et notre personnel au Mali, nous n’avons pas nécessairement une grande crédibilité», a-t-il commenté. 

Il note par ailleurs que le ministre sortant de l’Infrastructure – qui a auparavant été au Commerce international – pourrait aussi incarner un changement de ton face à la Russie. «Mme Freeland était coincée par son hostilité à la Russie et beaucoup plus à la défense de l’Ukraine, ce qui est tout à fait honorable. Mais je crois que M. Champagne sera plus universaliste dans sa démarche.»