/misc
Navigation

Et si Trump quittait ses fonctions pour des raisons de santé?

Et si Trump quittait ses fonctions pour des raisons de santé?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs politiciens dans la course pour la présidentielle 2020 ont dépassé 70 ans et leur état de santé soulève un bon nombre de questions. À 73 ans, le président Trump n'échappe pas à la surveillance accrue des médias.  

* Dans la première version de ce billet je référais à Jerry Rubin. Une bien vilaine coquille de ma part. Il s'agit bien sûr de Jennifer Rubiin. Merci à M.Brodeur d'avoir porté cette coquille à mon attention.   

Dans un article publié ce matin sur le site du Washington Post, Jennifer Rubin s’interroge sur la plus récente visite médicale du président. Donald Trump a devancé cette visite de trois mois et il semble bien difficile de connaître les motifs de cette modification à son emploi du temps.            

Si l’état de santé d’un candidat à la présidence ou du président est une préoccupation bien légitime, il faut admettre que les médias exagèrent occasionnellement la portée des résultats.             

Ce matin, Rubin extrapole beaucoup, probablement trop, sur les motifs qui ont pu conduire le président au Centre médical militaire national Walter Reed plutôt que de rencontrer son médecin à la Maison-Blanche. Il est vrai qu’on peut procéder à un certain nombre d’examens et même de procédures médicales directement dans la résidence présidentielle.            

La journaliste se demande donc si le président ne cache pas à ses concitoyens un problème médical important. Elle pousse jusqu’à s’interroger ouvertement sur la capacité de Donald Trump à solliciter un second mandat ou à terminer le mandat actuel.            

La lecture de son argumentaire nous conduit à penser qu’elle propose carrément au président d’utiliser le prétexte de son état de santé pour quitter ses fonctions dès maintenant. Le président s’épargnerait ainsi une longue et pénible procédure de destitution. Il contribuerait également à épargner cette procédure coûteuse aux citoyens de son pays.            

Rubin présente au président tous les avantages présumés d’une démission. On ne parlerait plus des déclarations de revenus, on ne chercherait plus de conflits d’intérêts et Donald Trump pourrait toujours affirmer qu’au moment de son départ l’économie américaine se portait bien.            

Si je prends plaisir à l’occasion à la lecture des propos de Rubin, ce matin elle incarne ce que je déteste de la couverture médiatique actuelle. Rubin exagère la portée des faits et lance elle-même une variante de la théorie du complot.             

S’il m’arrive parfois de critiquer une certaine droite qui se nourrit de ce type de théories, je ne peux que déplorer une prise de position qui véhicule des chimères. S’il y a bien un fait à l’origine de l’article, la visite médicale du président, tout le reste ne s’appuie que sur de pures spéculations.            

Le Washington Post est un journal sérieux et respecté qui produit régulièrement des analyses solides. Rubin compte au nombre des bonnes journalistes de cette véritable institution. Je m’attends à plus et à mieux.            

Donald Trump est-il vraiment malade? Si oui, le problème est-il majeur? Nous n’en savons rien pour le moment et les élucubrations de Rubin n’y changent rien.