/opinion/columnists
Navigation

Il y a du délire dans l’air

GEN-
Photo Agence QMI, Steve Madden La déconnexion du réel par Québec solidaire est tout simplement spectaculaire.

Coup d'oeil sur cet article

Réunis en congrès à Longueuil, les membres et les dirigeants de Québec solidaire (QS) ont vu très grand. À les écouter, QS ne serait plus qu’à un doigt du pouvoir. Il ferait même l’indépendance, rien de moins, dès son premier mandat. Pour le dire poliment, il y a du délire dans l’air.

Les solidaires promettent une assemblée constituante, une nouvelle constitution soumise à un référendum, une armée québécoise, un service de contre-espionnage, etc. Selon sa cheffe parlementaire, Manon Massé, « on va former le plus beau pays du monde, le plus grand, le plus vert : le pays du Québec ». Ne manque plus qu’un remède magique contre le cancer et la fin spontanée des changements climatiques.

QS n’ayant que 15 % d’appuis au Québec, sa déconnexion du réel est en effet spectaculaire. Ce délire n’est pourtant qu’apparent. Prêtons tout de même à ses dirigeants l’intelligence de savoir que derrière leur conte de fées se cache une stratégie comme tant d’autres.

L’objectif véritable de QS est de doubler le Parti québécois sur le terrain de la souveraineté, aussi vaseux soit-il devenu. Depuis leur rejet en 2017 de toute convergence avec les péquistes, le principal adversaire de QS, c’est le PQ. Au fil des ans, QS a réussi à le gruger sur son flanc gauche.

Chapelles

Ne reste plus qu’à tenter de le gruger sur son flanc « souverainiste », même s’il est affaibli. Impossible de comprendre autrement ce « relooking » super, hyper, ultra indépendantiste de QS entrepris pendant que le PQ opère sa propre « refondation » sur des bases similaires.

Résultat : déjà fortement divisé, le mouvement souverainiste bascule dans la balkanisation. De la création du PQ au référendum de 1995, les clans adverses résidaient ensemble dans ce même parti. Depuis, l’indépendance se décline « à la carte » entre partis adversaires. Pour les uns, l’indépendance sera « verte » ou ne sera pas. Pour d’autres, elle sera « identitaire » ou ne sera pas.

Pendant qu’ils multiplient leurs diktats, l’option continue à s’effacer du radar. La maison se décompose pendant que la famille, éclatée, s’en dispute malgré tout le titre de propriété. C’est proprement surréaliste.

Triste théâtre

La remontée surprise du Bloc québécois au fédéral fait cependant illusion. Ses 32 sièges, le Bloc ne les doit pas à une résurrection imaginaire du vote souverainiste, mais à la locomotive nationaliste de François Legault à laquelle il s’est accroché et continue de le faire.

En même temps, le PQ prend le chemin opposé et redécouvre son option indépendantiste. Inévitablement, cela finira par éloigner les deux partis « frères ». La fragmentation de ce qu’il reste du mouvement souverainiste en sera d’autant plus nourrie.

Pour le gouvernement post-souverainiste de François Legault, le cadeau est beau. Rien de mieux pour lui que d’admirer QS disputer ouvertement au Parti québécois la couronne amochée de celui qui se dira le plus indépendantiste des deux. Le tout, devant un électorat dont la majorité est déjà passée à un autre appel.