/entertainment/comedy
Navigation

Un retour en force pour Korine Côté

Le deuxième spectacle de l'humoriste, Gros plan, est efficace

Un retour en force pour Korine Côté
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir «mis bas» plus tôt cette année, Korine Côté revient sur scène grandement inspirée par sa nouvelle vie de mère. Son deuxième spectacle, Gros plan, qui pointe vers des sujets plus personnels que le précédent, est une des belles surprises de l’automne. 

Entre des numéros sur la maternité, les vomissements, la mort et la déficience intellectuelle de sa tante Christiane, Korine Côté revient sur scène en grande forme avec un spectacle rempli de belles idées qui ont réussi à rendre le public de la salle Albert-Rousseau, mardi soir, hilare. 

Un retour en force pour Korine Côté
Photo Jean-François Desgagnés

Maintenant mère d’Henri, son premier segment est consacré aux aléas de la maternité. Elle avoue d’emblée ne pas avoir aimé la grossesse, se décrivant comme «un étui à bébé». Elle n’a pas apprécié les changements physiques, les reflux gastriques, mais surtout les vomissements, objet d’un long et tordant numéro sur son incapacité à faire sortir quoi que ce soit par sa bouche. 

Après quelques gags sur les contraceptifs, Korine Côté se penche sur le corps humain, mal fait, selon ses dires. «Je ne peux pas croire qu’on est le produit final», dit-elle. Ce qui suit est un des meilleurs moments de la soirée, alors qu’elle relate une discussion imaginaire entre deux concepteurs du corps qui aurait «tout mis dans la fourche». 

Un retour en force pour Korine Côté
Photo Jean-François Desgagnés

Mort et maladie mentale 

Pour l’humoriste qui fait carrière depuis 13 ans, il n’y a pas de sujets tabous. En seconde partie, elle s’est nourrie de son enfance atypique dans une résidence de personnes âgées, alors que sa mère s’occupait de neuf pensionnaires, dont M. Poitras, qui «passait sa pierre au rein pendant que je coloriais», dit-elle. 

À huit ans, elle savait déjà piquer à l’insuline et côtoyait la mort de près. «Quand tu t’en venais chez nous, tu n’en avais pas pour 20 ans à vivre». 

Un retour en force pour Korine Côté
Photo Jean-François Desgagnés

Elle aborde – et mime habilement – tous les malaises vécus avec sa tante Christiane, une déficiente intellectuelle qui a essayé de réveiller son père dans son cercueil. Ses mimiques tordantes enrichissent toutes les scènes qu’elle décrit. 

Le premier spectacle solo de Korine Côté, Mon show, a confirmé son talent. Mais elle devait passer le test du second, et même si quelques segments frappent moins fort, c’est pleinement accompli.  

Un retour en force pour Korine Côté
Photo Jean-François Desgagnés

► Korine Côté sera de retour à la salle Albert-Rousseau le 21 mai 2020.