/entertainment/stage
Navigation

Spectacle solo 887: Robert Lepage triomphe dans son Diamant

Robert Lepage évoque, dans son spectacle solo 887, ses années d’enfance, lorsqu’il habitait dans un édifice à logements situé dans le quartier Montcalm.
Photo courtoisie, Érick Labbé Robert Lepage évoque, dans son spectacle solo 887, ses années d’enfance, lorsqu’il habitait dans un édifice à logements situé dans le quartier Montcalm.

Coup d'oeil sur cet article

Robert Lepage a triomphé mardi au Diamant. Le créateur et metteur en scène jouait pour la première fois sur les planches de son théâtre avec son spectacle solo 887.  

Robert Lepage n’avait pas encore joué au Diamant depuis son ouverture.  

On l’avait vu sur scène le 7 septembre dernier, après la scène finale de la première représentation de la nouvelle mouture des Sept branches de la rivière Ota, qui avait inauguré Le Diamant.  

Le créateur, metteur en scène et comédien ne faisait pas partie de la distribution de cette œuvre qu’il a créée, avec une équipe de comédiens, en 1994. Il avait été invité à rejoindre la distribution sur les planches à la fin de la représentation.  

Une œuvre symbolique parce que Les sept branches de la rivière Ota a été la première création de Robert Lepage et de sa compagnie Ex machina.  

Mardi, c’était autre chose. Il a été seul sur scène durant deux heures avec un spectacle où il parle de son enfance, de ses souvenirs et de sa famille, à travers les événements qui ont marqué le Québec des années 1960 et 1970. De la Révolution tranquille jusqu’à la crise d’Octobre et la mort de Pierre Laporte.  

887 fait référence à l’adresse d’un édifice à logements de la rue Murray, dans le quartier Montcalm, où il a passé sa jeunesse. Le bâtiment est recréé sur scène et devient une cuisine, une bibliothèque, une maison et un casse-croûte, au fil des transformations.  

En se pointant sur scène, en complet, à 19 h 39, Lepage présente les consignes d’usage qui sont toujours énumérées avant le début d’un spectacle. Il demande d’éteindre les appareils électroniques et identifie les sorties de secours. Il explique la genèse de 887 et en quelques secondes, sans s’en rendre compte, la pièce vient de commencer.  

887 parle de la mémoire à travers l’apprentissage difficile du poème Speak White de Michèle Lalonde qu’il doit présenter lors du 40e anniversaire de la Nuit de la poésie au Monument-National à Montréal en 2010. Un poème qu’il livre avec puissance et conviction à la fin de 887.  

Merci beaucoup  

On retrouve tout ce qui fait l’ingéniosité et la magie du théâtre de Robert Lepage dans 887 : des maquettes, de la vidéo, du cinéma, des ombres chinoises et la présence de figurines.  

Robert Lepage est touchant lorsqu’il évoque ses souvenirs, parle de sa famille et de son père qui gagnait sa vie à la dure. Il y a de l’humour, de la dérision, de la finesse et de l’intelligence.  

On avait apprécié le passage de 887 au Trident, où la pièce avait été présentée à guichets fermés, en septembre et en octobre 2016. Ce fut à nouveau le cas, hier, au Diamant. C’est brillant. Une réussite. Point à la ligne.  

Le comédien a reçu une ovation et on pouvait lire un merci beaucoup sur ses lèvres.  

La pièce créée à Nantes, en France, en février 2015, a été jouée au Québec, au Canada, en Chine, en Corée du Sud, aux États-Unis, en Australie, à Moscou, en Europe, au Japon et à Taïwan.  

À l’affiche jusqu’au 21 décembre, avec 29 représentations, 887 de Robert Lepage devrait être présentée à guichets fermés au Diamant. Une petite quantité de billets à demi-prix sont mis en vente à midi, la journée de chaque représentation. On doit se présenter en personne à la billetterie du Diamant.  

Les supplémentaires du 23 et du 30 novembre seront présentées avec des surtitres pour les malentendants.  

 ► À l’affiche jusqu’au 21 décembre, avec 29 représentations, 887 de Robert Lepage devrait être présentée à guichets fermés au Diamant.  

 ► Une petite quantité de billets à demi-prix sont mis en vente à midi, la journée de chaque représentation. On doit se présenter en personne à la billetterie du Diamant.