/news/politics
Navigation

Fermeture de magasins RONA: le fédéral n'y peut rien, dit Pierre Fitzgibbon

Coup d'oeil sur cet article

Le fédéral ne peut pas empêcher la compagnie Lowe’s de fermer des magasins Rona au Québec, a affirmé le ministre québécois de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, après une nouvelle vague de suppressions de postes par la compagnie américaine. 

• À lire aussi: Lowe’s annonce la fermeture de 34 magasins au Canada  

• À lire aussi: Résultats en hausse chez Lowe's et vastes compressions partout au Canada  

«Demain matin, aussitôt que nous aurons le nouveau ministre de l’Économie [au fédéral] je vais l’appeler pour m’assurer que l’entente soit respectée. [...] Je vais spéculer, mais quand je lis l’entente, je pense que Lowe’s la respecte», a-t-il déclaré mercredi avant la période de questions à l’Assemblée nationale. 

Au moment de racheter Rona en 2016, l’américaine Lowe’s a pris toute une série d’engagements auprès du gouvernement fédéral concernant le maintien des activités de l’entreprise au pays afin de conclure la transaction. Pourtant, l’entreprise a annoncé tôt mercredi matin la fermeture de 34 magasins sous performants au Canada, dont 26 magasins Rona, six Lowe’s et deux Réno-Dépôt. Au Québec, 12 magasins Rona sont concernés par ces fermetures, qui seront effectives à compter du 31 janvier 2020. 

ÉCOUTEZ l'entrevue de Richard Darveau, président de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction, sur QUB radio:  

Mercredi, la députée libérale et ancienne ministre de l’Économie au moment de la vente de Rona à Lowe’s, Dominique Anglade, a estimé qu’il revenait donc au fédéral de s’assurer que la compagnie respecte ses engagements. À l’époque, elle avait salué la transaction. 

Mais selon l’actuel ministre de l’Économie caquiste, Pierre Fitzgibbon, rien ne l’empêche de fermer certaines de ses succursales Rona au Québec. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a quant à lui qualifié de «nébuleuse» l’entente entre le Parti libéral du Québec et Lowe’s au moment de la vente de Rona en 2016. 

«Est-ce qu’il y a une autre entente parce que si c’est l’entente en question, il n’y a aucune garantie [de plancher d’emploi]. [...] Dans ce que nous a laissé le gouvernement de Mme Anglade, il n’y a rien», a-t-il indiqué. 

Le député du Parti québécois Martin Ouellet a quant à lui exigé de voir l’entente entre Ottawa et Lowe’s afin de voir comment elle est «bonne et respectée». «Mme Anglade nous disait à l’époque que c’était un excellent "deal", que le Québec allait y gagner et ce n’est pas ce qu’on voit aujourd’hui», a-t-il dit. 

«C’est le nouveau chapitre de la chronique d’une catastrophe annoncée», a dénoncé le député de Québec solidaire Vincent Marissal, selon qui les libéraux et les caquistes ont tous leurs parts de responsabilité dans ce problème.