/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les !@#$%?&*())(*&?%$ d'enfants mal élevés

Les enfants-rois, ça gosse !

Les !@#$%?&*())(*&?%$ d'enfants mal élevés
SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC/A

Coup d'oeil sur cet article

Récemment, dans le Journal, je vous ai parlé de mon expérience désagréable au cinéma...    

"Pendant une heure et demie, des enfants sans surveillance se promenaient partout dans la salle, parlaient, faisaient un bruit d’enfer, sautaient dans les allées sans qu’un seul parent ne les ramène à l’ordre. Au cinéma, en 2019, le problème, ce ne sont pas les enfants-rois. Ce sont les parents-valets. "   

J'ai reçu beaucoup de courriers de lecteurs, me disant qu'ils vivaient le mête type d'expérience au cinéma.   

  

Mais c'est le courriel de cette employée d'une bibliothèque qui m'a jetée à terre...   

  

"Votre chronique sur la réaction des parents envers leurs enfants dans un cinéma est venue me chercher.      

Je travaille dans une bibliothèque publique et souvent dans le secteur jeunesse.      

Je peux vous confirmer que les parents, anciens enfants-rois, se laissent mener par le bout du nez par leurs enfants-empereurs.      

Pour eux, la bibliothèque est une garderie où on peut crier, sauter et grimper partout.      

On peut s'amuser à vider les étagères et à laisser les livres par terre (pas grave, la commis est payée pour les ramasser).      

Les parents sont rivés sur leur téléphone cellulaire ou parlent fort entre eux.      

Si un enfant fait la danse du bacon par terre parce qu'il est contrarié dans ses désirs, le parent tente de négocier doucement pendant 10-15 minutes avec lui alors que l'on doit supporter les pleurs, les cris de leur cher petit ¨amour¨.       

Quand vient le temps de partir, c'est encore la négociation, « encore 5 minutes après on s'en va... Encore un autre 5 minutes... »    

Si je me permets d'avertir un enfant de ne pas courir ou crier, le parent me pointe du doigt et dit: ¨Regarde, la madame est fâchée, elle veut pas que tu fasses ça¨!      

Pas de danger qu'il ou elle mette ses culottes et tienne tête à son petit ¨amour¨...      

Un commis qui est intervenu afin d'empêcher un enfant de parler fort s'est même fait dire par un papa qu'il ¨empêchait son enfant de s'exprimer¨!      

Certains parents répondent à leur téléphone cellulaire et parlent très fort et l'on doit intervenir pour leur dire de sortir de la bibliothèque.      

D'autres viennent carrément nous voir pour nous dire: ¨vous n'avez pas quelque chose à lui faire faire?¨       

Comme si nous étions des nounous à leur service. Le pire est lorsque l'on voit un ou des enfants d'âge scolaire et qui se retrouvent à la bibliothèque pendant les jours d'école. Tu leur demandes pourquoi ils ne sont pas à l'école? Réponse: JE SUIS MALADE!      

J'ai même une mamie qui m'a dit: « Il avait la gastro hier mais là y'é plus malade! »      

Quand j'ai signalé à la dame que ce n'était pas une bonne idée d'emmener son petit-fils à la bibliothèque, elle était toute insultée et fâchée! Où va-t-on quand notre enfant est malade? À LA BIBLIOTHÈQUE! C'est un classique...       

Alors votre expérience au cinéma ne me surprend pas du tout! Ouf! Ces parents se préparent à vivre une adolescence d'enfer avec leurs ¨petits amours¨...       

En espérant qu'il y aura un retour du balancier dans ce monde « inclusif » où tout le monde a le droit de faire tout ce qu'il veut et de se foutre de toutes les règles de politesse et de civisme."   

  

Ouf ! Ce serait quoi l'équivalent pour enfants du fameux OK Boomer ?