/sports/opinion/columnists
Navigation

Un gros duel de division entre les Colts et les Texans

Un gros duel de division entre les Colts et les Texans
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

La lourdeur de la saison commence à se faire sentir autant chez les Colts que les Texans, deux équipes aux prises avec plusieurs joueurs éclopés et qui ont peu de temps pour se préparer pour un important duel de division, demain soir. 

Dans la victoire des Colts dimanche aux dépens des Jaguars, quatre joueurs ont dû quitter la rencontre, dont deux partants, le porteur de ballon Marlon Mack et le demi de coin Rock-Ya Sin. 

C’est sans parler du fait qu’ils sont privés depuis un moment de deux de leurs pierres angulaires, le receveur T.Y. Hilton et leur meilleur demi de coin, Pierre Desir. 

Chez les Texans, la situation n’est pas plus reluisante. L’explosif receveur Will Fuller tarde à revenir au jeu et la tertiaire est décimée. L’humiliante défaite face aux Ravens a laissé des traces à cet effet. 

Déjà, il est complexe de bien préparer une équipe en vue d’un duel du jeudi soir après trois petits jours de repos. 

Quand les bobos s’accumulent, la tâche est d’autant plus compliquée. 

Avantage Colts 

Ce match aura une grande incidence sur le portrait des séries puisque le gagnant se retrouvera seul en tête de la division Sud de la conférence américaine. 

La pression est sur les Texans, puisque les Colts détiennent actuellement le bris d’égalité en vertu de leur victoire contre eux le 20 octobre. 

D’ailleurs, les Colts sont toujours invaincus (3-0) dans leur division, tandis que les Texans suivent tout près avec deux victoires en trois matchs de division. 

C’est pourquoi une défaite, sans sonner le glas, hypothéquerait leurs chances de terminer en tête. 

Les quarts-arrière sous la loupe 

Puisque les Colts seront privés de leur porteur partant, il est possible que ce duel en devienne un de quarts-arrière. 

Jacoby Brissett ne s’en plaindra pas, lui qui montre une fiche de 4-0 face aux Texans en carrière. 

Mais attention, trois de ces victoires ont été enregistrées aux dépens de quarts de piètre qualité (Brock Osweiler, Tom Savage et TJ Yates). 

La défensive des Texans est décimée, ce qui risque de compliquer leur tâche, mais les Colts ne misent pas sur un jeu au sol aussi intimidant que celui des Ravens. 

Il y a fort à parier que Deshaun Watson, rebondira après un duel difficile face aux Ravens. Les Colts ne misent pas sur un front défensif incisif comme celui des Ravens et ne pourront donc pas l’ennuyer autant. 

En six matchs en carrière à heure de grande écoute, le quart-arrière des Texans a lancé 16 passes de touchés et couru pour trois autres. Il profitera encore du moment pour briller. 

► Ma prédiction: Colts 24 c. Texans 27

L’état des forces dans la NFL

1) Ravens de Baltimore (8-2)

Semaine dernière : 1 (=)

Dans les dernières semaines, les Ravens ont mérité ce positionnement au classement en battant des gros clubs comme les Seahawks, Patriots et Texans par un pointage combiné de 108-43. Ils sont la première équipe à avoir amassé 2000 verges au sol en 10 matchs depuis les Patriots de 1978.

2) 49ers de San Francisco (9-1)

Semaine dernière : 2 (=)

Le quart-arrière Jimmy Garoppolo a beau avoir lancé deux interceptions, c’est la manière dont il s’est relevé qui importe. Il a aidé les 49ers à combler un déficit de 16-0 et lancé quatre passes de touchés en plus de mener une superbe série finale sur 65 verges en 2 min 15 s. Du bon Jimmy G!

3) Patriots de la Nouvelle-Angleterre (9-1)

Semaine dernière : 3 (=)

La défensive a concédé 147 verges aux Eagles à leurs trois premières possessions, puis seulement 108 verges dans les 10 suivantes. Dans ses commentaires d’après-match, on aurait juré que Tom Brady venait de perdre. Il constate que désormais, c’est la défensive qui traine l’équipe.

4) Seahawks de Seattle (8-2)

Semaine dernière : 4 (=)

Les exploits de Lamar Jackson avec les Ravens le positionnent comme favori pour remporter le titre de joueur le plus utile, mais Russell Wilson montre encore une candidature étoffée. Il ne faut pas perdre de vue qu’il doit courir pour sa vie à chaque jeu et qu’il est peu familier avec plusieurs nouveaux receveurs.

5) Saints de la Nouvelle-Orléans (8-2)

Semaine dernière : 5 (=)

Qui peut arrêter le receveur Michael Thomas? Il est devenu dimanche le premier joueur de l’histoire à cumuler plus de 90 réceptions après 10 matchs. S’il maintint le rythme, il terminera la saison avec 150 réceptions, ce qui battrait le record de Marvin Harrison (143) établi en 2002.

6) Packers de Green Bay (8-2)

Semaine dernière : 6 (=)

Il est souhaitable pour les Packers qu’ils aient bien rechargé les batteries pendant leur semaine de congé puisqu’ils reprennent le boulot en prévision d’un choc de titans face aux 49ers, dimanche soir, à San Francisco. L’enjeu du positionnement dans la conférence en vue des séries sera critique.

7) Vikings du Minnesota (8-3)

Semaine dernière : 7 (=)

Pour les Mauves, il s’agissait dimanche de leur plus grosse remontée (20 points) depuis le 4 octobre 1992, face aux Bears. Pour Kirk Cousins, c’était l’occasion de transporter l’équipe sur ses épaules pendant que le jeu au sol était maîtrisé et c’est mission accomplie.

8) Chiefs de Kansas City (7-4)

Semaine dernière : 9 (+1)

La défensive a sauvé les Chiefs lundi soir. Combien de fois depuis deux ans ce constat s’est-il imposé? C’est rarissime, mais vrai, avec une soirée de quatre revirements pour une défensive qui n’n comptait qu’un seul en trois semaines au préalable. L’attaque aura besoin de Tyreek Hill en santé.

9) Cowboys de Dallas (6-4)

Semaine dernière : 11 (+2)

Les Cowboys se sont donné un minimum de marge de manœuvre au sommet de leur division, mais leur sort risque de se décider lors du duel face aux Eagles à la semaine 16. Jusqu’ici, ils sont 6-1 contre des équipes aux fiches perdantes et 0-3 contre celles aux fiches gagnantes.

10) Texans de Houston (6-4)

Semaine dernière : 8 (-2)

Pour la septième fois lors des deux dernières saisons, Deshaun Watson a subi six sacs dans un match. Voilà un problème que l’on espérait résolu avec l’arrivée de Laremy Tunsil. Globalement, le jeu de la ligne offensive est amélioré, mais il reste du travail à faire.

11) Bills de Buffalo (7-3)

Semaine dernière : 13 (+2)

Le jeune Josh Allen a connu l’un des meilleurs matchs de sa carrière. D’ailleurs, les trois matchs à ce jour dans lesquels il a montré le meilleur coefficient d’efficacité (rating) sont contre les Dolphins. L’expérience rentre, mais il lui faut maintenant devenir aussi productif contre les autres équipes.

12) Rams de Los Angeles (6-4)

Semaine dernière : 14 (+2)

Enfin, Todd Gurley a été sorti de son papier bulle protecteur! Il a porté 25 fois le ballon, sa plus grosse charge de travail depuis le 28 octobre de l’an dernier. Quant à la défensive, lors des quatre derniers matchs, elle a donné une maigre moyenne de 11 points.

13) Colts d’Indianapolis (6-4)

Semaine dernière : 18 (+5)

Dommage que le porteur Marlon Mack ait subi une blessure à la main qui le forcera à rater quelque temps, car les Colts viennent de connaître leur meilleur match au sol. Les Colts demeurent durs à suivre d’une semaine à l’autre avec des performances parfois grandioses, parfois moroses.

14) Eagles de Philadelphie (5-5)

Semaine dernière : 12 (-2)

Les Eagles manquent définitivement de vitesse et de fiabilité au poste de receveur. Résultat : l’offensive est incapable d’incorporer la moindre menace en zone profonde. L’équipe s’est accrochée face aux Patriots, mais sans potentiel offensif explosif, c’est difficile.

15) Raiders d’Oakland (6-4)

Semaine dernière : 15 (=)

En fin de match face aux Bengals, l’ailier défensif recrue Maxx Crosby a réussi un sac clé, son quatrième du match. Sur le jeu suivant, le demi de coin recrue Trayvon Mullen a réussi l’interception fatale. Le dernier repêchage des Raiders est tout simplement magistral.

16) Steelers de Pittsburgh (5-5)

Semaine dernière : 10 (-6)

Il faut impérativement que Mason Rudolph commence à voir des receveurs au-delà de cinq verges devant lui. Les Steelers se battent avec honneur grâce à leur défensive, mais avec une attaque aussi conservatrice (et éclopée, précisons-le), difficile de voir ce club aller loin.

17) Titans du Tennessee (5-5)

Semaine dernière : 17 (=)

Les Titans renouent avec l’action dans deux matchs cruciaux de division lors des deux prochaines semaines. Il leur faudra se démarquer puisque même s’ils ne sont qu’à un match de la tête, ils ont perdu leurs deux duels dans la division Sud à ce jour. Tout est encore très ouvert dans cette section.

18) Browns de Cleveland (4-6)

Semaine dernière : 21 (+3)

La suspension de Myles Garrett est amplement méritée à la suite de son attaque disgracieuse sur Mason Rudolph. Oui, le quart-arrière des Steelers l’avait provoqué en essayant d’arracher son casque, mais il est impensable de perdre son sang-froid de la sorte.

19) Panthers de la Caroline (5-5)

Semaine dernière : 16 (-3)

Il était prévisible que Kyle Allen ne resterait pas confortablement installé sur son nuage trop longtemps. Le jeune quart gagnait sans arrêt en relève à Cam Newton, mais traverse depuis une séquence de trois revers en quatre matchs, avec un ratio de trois touchés et neuf interceptions.

20) Chargers de Los Angeles (4-7) 

Semaine dernière : 19 (-1)

La dégringolade de l’équipe en l’espace d’un a de quoi étonner. Après une solide saison de 12-4 et une victoire en séries, voilà les Chargers virtullement éliminés avec un dossier de 4-7, dont un rendement désastreux de 0-3 dans leur division Ouest. Philip Rivers a lancé sept interceptions en deux semaines.

21) Bears de Chicago (4-6)

Semaine dernière : 20 (-1)

Les Bears peuvent bien prétendre que Mitchell Trubisky est blessé à la hanche, mais il a connu un autre match difficile face aux Rams et sa sortie hâtive au quatrième quart démontre encore une fois que sa confiance est dissipée. Les efforts de la défensive sont toujours gâchés.

22) Falcons d’Atlanta (3-7)

Semaine dernière : 27 (+5)

Quelle mouche a donc piqué les Falcons depuis deux semaines? C’est en défensive que la transformation est la plus extrême. Après avoir tenu les Saints à l’écart de la zone des buts, elle a blanchi les Panthers en première demie et provoqué quatre revirements. 

23) Jaguars de Jacksonville (4-6)

Semaine dernière : 22 (-1)

La défensive contre la course, qui s’avérait il n’y a pas si longtemps une grande fierté chez les Jaguars, vient d’être poivrée de 480 verges au sol contre elle à ses deux derniers matchs. À trois reprises cette saison, les équipes adverses ont gagné plus de 200 verges au sol face aux Jaguars.

24) Lions de Detroit (3-6-1)

Semaine dernière : 23 (-1)

La rumeur qui court depuis dimanche est que Matthew Stafford pourrait finalement rater le reste de la saison. Difficile de croire que les Lions, qui semblaient si compétitifs en début de saison, en sont rendus là. Dans ce contexte, du repos forcé pour Stafford est le meilleur scénario.

25) Cardinals de l’Arizona (3-7-1)

Semaine dernière : 26 (+1)

Une autre défaite pour les Cardinals encaissée de manière cruelle. Mais peu importe le résultat et la fiche qui continue de mal paraître, il y a clairement des signes encourageants pour cette équipe. Kyler Murray montre à toutes les semaines qu’il deviendra un joueur très productif.

26) Broncos de Denver (3-7)

Semaine dernière : 25 (-1)

Pour une quatrième fois cette saison, les Broncos ont échappé une avance au quatrième quart. Malgré le désastre, ils démontrent qu’ils peuvent être productifs avec un quart-arrière autre que Joe Flacco. Brandon Allen n’est pas la solution à long terme, mais l’attaque a repris vie avec lui.

27) Buccaneers de Tampa Bay (3-7)

Semaine dernière : 24 (-3)

Jamais Winston a maintenant égalé une marque personnelle peu enviable avec une 18e interception cette saison. Il s’agit du plus haut total pour un quart-arrière depuis les 18 de Jay Cutler en 2009. Ce n’est pas exactement un bon souvenir. Jusqu’à quand Bruce Arians le défendra?

28) Jets de New York (3-7)

Semaine dernière : 29 (+1)

Sam Darnold est devenu le premier quart de deuxième année des Jets à lancer quatre passes de touchés en un match depuis Ken O’Brien, en 1985. En défensive, le maraudeur Jamal Adams joue comme un possédé depuis que les rumeurs d’échange l’ont affecté, avec cinq sacs en deux semaines.

29) Dolphins de Miami (2-8)

Semaine dernière : 28 (-1)

La défensive, qui jouait de manière plus que respectable à ses deux derniers matchs avec seulement 30 points accordés, en a concédé 37 d’un coup aux Bills, qui ne montrent pourtant pas une attaque redoutable. Ryan Fitzpatrick a été victime de sept sacs, mais il faut lui donner, c’est un battant.

30) Giants de New York (2-8)

Semaine dernière : 30 (=)

Les Giants reviennent de congé et il faut espérer pour eux que Saquon Barkley ait pris du mieux. Il est méconnaissable depuis son retour au jeu après avoir été blessé à la cheville. Puisque l’équipe n’ira nulle part, il faudra sérieusement considérer l’option de le mettre à l’écart s’il n’est pas à 100%.

31) Redskins de Washington (1-9)

Semaine dernière : 31 (=)

Un touché de Derrius Guice a mis fin à une lamentable séquence de 16 quarts sans inscrire de touché pour l’attaque des Redskins. Mais c’est là l’unique moment de réjouissances pour une franchise qui semble avoir perdu toute fierté. Le jeune Dwayne Haskins est dans toute une galère.

32) Bengals de Cincinnati (0-10)

Semaine dernière : 32 (=)

Zac Taylor est devenu le sixième entraîneur-chef dans l’ère du Super Bowl à amorcer son règne avec une fiche de 0-10. Le dernier à avoir vécu pareille situation, Cam Cameron à Miami en 2007, n’avait pas survécu au terme de sa première saison à la barre. Pas pour jouer les oiseaux de malheur, mais...