/sports/fighting
Navigation

Une défense symbolique pour Dicaire

Sa dernière victoire à Québec avait été assombrie par le drame de Stevenson.

Ogleidis Suarez tentera de mettre la main sur la ceinture détenue par Marie-Ève Dicaire.
Photo Stevens LeBlanc Ogleidis Suarez tentera de mettre la main sur la ceinture détenue par Marie-Ève Dicaire.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | On se souviendra longtemps du gala de GYM du 1er décembre dernier. Une soirée qui avait été marquée par la défaite inquiétante d’Adonis Stevenson, mais aussi par la conquête d’un titre mondial par Marie-Ève Dicaire.   

Cependant, en raison de la dégradation rapide de la santé de Stevenson, la victoire historique de Dicaire (16-0) avait été reléguée au second plan. La nouvelle championne avait vécu des sentiments qui balançaient entre l’euphorie et l’inquiétude.  

Samedi, Dicaire aura la chance d’écrire une page plus joyeuse de son parcours au domicile des Remparts de Québec.  

« Non, je n’ai pas d’appréhension par rapport à mon retour ici parce qu’Adonis est hors de danger, a-t-elle souligné mercredi. C’est un miracle ce qui est arrivé. Les médecins l’ont déclaré cliniquement mort et maintenant, il est capable d’entretenir une discussion.  

Ce combat, je crois que c’est une façon de tourner la page. Lorsque je suis entrée dans ma suite au Bonne Entente hier [mardi], le même hôtel que lors de mon dernier combat, j’ai poussé un soupir de soulagement. Je me sentais bien. » 

Les inquiétudes de la championne du monde IBF des super-moyennes à l’endroit de Stevenson ont pris fin au cours de la saison estivale.  

« J’ai pu mettre un baume sur cette histoire lorsque je l’ai rencontré au Grand Prix de Formule 1 [en juin], a raconté Dicaire. Il m’a reconnue et il m’a félicité pour ma victoire. Là, j’ai pu me dire que je pouvais commencer à tourner la page. » 

Ogleidis Suarez tentera de mettre la main sur la ceinture détenue par Marie-Ève Dicaire.
Photo Stevens LeBlanc

  

Un projet à la fois 

Pour sa troisième défense de titre, Dicaire se mesurera à la Vénézuélienne Ogleidis Suarez (29-3-1, 13 K.-O.). Avec la préparation de la championne durant son camp d’entraînement, on peut se demander comment l’aspirante fera pour l’inquiéter.  

L’entraîneur de la Québécoise, Stéphane Harnois, l’a confirmé.  

« Marie-Ève a connu un très gros camp. Il y a eu des hauts et des bas. Cependant, elle est parvenue à surmonter tout ce que je lui ai mis sur la table. Suarez aura un gros défi devant elle. Je lui souhaite bonne chance. » 

Avec une autre victoire au compteur, la pugiliste de Saint-Eustache se rapprocherait d’un combat d’unification : son souhait le plus cher depuis quelques mois.  

« Si je ne domine pas ce combat-là, je ne mérite pas la suite des choses », a mentionné Dicaire. On en parle depuis un certain temps qu’on souhaite obtenir une unification.  

« Lorsque deux champions s’affrontent, il y a toujours beaucoup de logistique et de négociations. Avant cela, je dois faire mes preuves. Je sais que le promoteur américain Lou DiBella sera dans la salle samedi. Je veux mettre la table pour la suite des choses. » 

Raquel Miller (9-0, 4 K.-O.), qui pourrait devenir championne WBA des super-moyennes quelques minutes avant l’entrée en scène de Dicaire, serait l’adversaire visée par le promoteur Yvon Michel.  

♦ Le gala de samedi compte déjà un éclopé : Yvon Michel. Le promoteur s’est blessé sérieusement en chutant sur une plaque de glace au début de la semaine. Il devrait être présent à la pesée de son événement vendredi.