/qubradio
Navigation

La DG du Musée des beaux-arts se dit contre la culture du boycottage

La DG du Musée des beaux-arts se dit contre la culture du boycottage
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Peut-on encore regarder des œuvres de Paul Gauguin ou de Pablo Picasso sachant qu’ils ont, de leur vivant, adopté des comportements de prédateur sexuel, selon les codes de conduite actuels?

À cette question, la directrice générale et conservatrice du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie Bondil, se dit tout autant contre la censure que l’indifférence.

«Autre temps, autres mœurs», a-t-elle lancé jeudi, sur les ondes de QUB radio, en réagissant à un article récent du «New York Times» dans lequel on se demandait si on ne devrait pas boycotter les œuvres de Gauguin dans les musées, sachant qu’il aurait eu des rapports sexuels avec de jeunes Polynésiennes de 13 ans, de son vivant, et qu’il aurait même eu des enfants avec elles.

Une exposition à Londres mettant l’artiste en vedette ramène le débat dans l’actualité.

«Entre la censure et l’indifférence, il y a une place pour la pédagogie, pour l’éducation, pour l’explication, pour la conversation», fait valoir Mme Bondil.

  • Écoutez l'entrevue de Nathalie Bondil sur les ondes de QUB radio:

Elle donne l’exemple d’un tableau de Picasso exposé au Musée des beaux-arts l’an dernier, dont le titre original est «Une tête d’indien». Comme cette terminologie fréquemment utilisée en 1907 serait contestée aujourd’hui, la directrice générale a choisi d’accompagner le titre d’une mise en contexte et d’explications. Selon elle, il en va de la responsabilité d’un gestionnaire de musée d’adapter les textes accompagnant les œuvres d’époque à la réalité d’aujourd’hui et d’éduquer le public, par la même occasion. Mais elle s’oppose à la censure des artistes et au boycottage.

«Il faut regarder, avec des lunettes un peu différentes, les œuvres d’un grand artiste, mais qui s’est conduit de manière répréhensible aux yeux d’aujourd’hui», a-t-elle indiqué.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions