/opinion/columnists
Navigation

Le syndrome de Duplessis

Coup d'oeil sur cet article

Ces derniers temps, je redoute que François Legault cède aux vieux démons du nationalisme défensif de Maurice Duplessis.  

Fougueux patriote en campagne et en paroles dans les mois suivant ses victoires, puis bon Canadien français accommodant et frileux le reste du temps, Duplessis tombait rapidement dans un cul-de-sac. Le Canada anglais montrait les dents. Les Américains tapaient du pied en menaçant la «Belle Province» de représailles économiques. Et bientôt, Duplessis retrouvait sa docilité... sans se départir de ses airs de chevalier de la nation.  

  • ÉCOUTEZ la chronique de Gilles Proulx à Politiquement Incorrect sur QUB radio :

Frondeur et obstiné pour doter son Québec d’un emblème national et pour collecter les impôts (tout un pied de nez à Ottawa!), Maurice Duplessis faisait face à l’adversité comme un héros... avant de redevenir un bon gérant de province. Voilà ce que je nomme le syndrome de Duplessis... que je ne souhaite pas à François Legault!  

Mollesse  

Un décourageant sondage Léger nous apprenait récemment que les jeunes se foutent de l’avenir du français comme de leur dernière chemise. Pas moins de 58 % de ces dangereux naïfs osent affirmer que c’est à chacun individuellement de faire l’effort pour que le français gagne du terrain... comme si la loi 101 ne devait être qu’une parure!  

En conversation avec Pauline Marois lundi, François Legault a relativisé cette catastrophe. Si le centre-ville s’anglicise, a-t-il laissé entendre, ça doit vouloir dire que de nombreux étrangers aiment vivre chez nous. Il a dit que son ministre Simon Jolin-Barrette ferait appliquer l’«actuelle» loi 101... qui, justement, n’existe déjà plus!  

Dégonflage  

Le redressement de la laïcité, si louable, servira-t-il à faire diversion d’un ramollissement linguistique? Ce gouvernement contractera-t-il le syndrome de Duplessis, où un courage ostentatoire dissimule une soumission tranquille?  

Au moins, Maurice Duplessis répétait opiniâtrement : «Donnez-nous notre butin!» Alors que François Legault, lui, lance des ballons qui se dégonflent... et on n’en reparle plus!