/news/politics
Navigation

Projet de loi sur les tarifs d'électricité: un bâillon pour augmenter les taxes, selon le PLQ

Projet de loi sur les tarifs d'électricité: un bâillon pour augmenter les taxes, selon le PLQ
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault menace de faire passer sous bâillon un projet de loi qui imposera une «taxe déguisée» à tous les Québécois, dénonce le Parti libéral.  

«Le premier ministre doit maintenant écarter l'idée de bâillonner cette Assemblée pour imposer une taxe déguisée à tous les Québécois», a lancé le chef libéral Pierre Arcand jeudi durant la période de questions.  

Il accuse François Legault de vouloir adopter coûte que coûte le projet de loi 34 sur les tarifs d’électricité.  

En principe, cette pièce législative doit faire économiser les consommateurs : elle propose un gel tarifaire en 2020 suivi d’une indexation à l’inflation ainsi qu’une remise unique de 500 M$ à tous les consommateurs en janvier prochain. Le ministre de l’Énergie Jonatan Julien l’a déposé pour faire taire les critiques qui demandaient à la CAQ de rembourser les trop-perçus de 1,5 milliard empochés dans le passé.  

Machine à cash  

Or plusieurs groupes de consommateurs ont défilé en commission parlementaire pour dénoncer le projet de loi. La crainte, selon eux, est qu’on finisse par payer plus cher pour notre énergie.  

M. Arcand a suggéré au premier ministre de lire sa revue de presse : «Jean-François Blain: "C'est de la poudre aux yeux." Pierre Couture: "Rejet quasi unanime du projet de loi". Mario Dumont: "Une mauvaise solution." Michel Girard: "Remboursez-nous." Pierre-Olivier Pineau: "Un mirage."», a-t-il lancé.  

Le calcul est le suivant: «au moment où on débute, selon des experts, une période de forte inflation, les coûts de production d'Hydro, eux, sont en chute libre», a indiqué Pierre Arcand.   

«Le premier ministre a besoin de ce qu'on appelle une machine à cash pour payer ses promesses électorales, et cette machine, elle s'appelle Hydro-Québec», a-t-il tonné.   

François Legault a rétorqué que le chef libéral n’était pas capable de faire la distinction «entre lobbyistes et citoyens». Il le met au défi «de trouver un citoyen qui ne trouve pas que c’est une bonne idée de geler les tarifs d'Hydro-Québec l'année prochaine puis ensuite les augmenter de l'inflation».  

«J'aurais presque le goût d'offrir au chef de l'opposition officielle d'aller peut-être, samedi après-midi, se promener au centre Rockland, dans son comté, et je serais prêt à parier pas mal que, si on parle à une centaine de citoyens, il n'y en aura probablement pas un qui va nous parler du projet de loi 34», a-t-il raillé.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.