/misc
Navigation

Coupe Vanier: l’entraîneur des Carabins louange l’attaque des Dinos

Adam Sinagra
Photo courtoisie Rouge et Or, Mathieu Tanguay

Coup d'oeil sur cet article

Danny Maciocia confirme que les nuits de sommeil ont été courtes, cette semaine, et qu’il s’est réveillé à quelques reprises à 3 h 30 du matin pour réfléchir à comment il allait arrêter la puissante offensive des Dinos de Calgary.

«Nous allons affronter la meilleure offensive que nous avons vue cette année et le meilleur quart-arrière au pays, a déclaré le pilote des Carabins de l’Université de Montréal d’entrée de jeu, lors du point de presse des deux entraîneurs à l’aube de la 55e édition de la Coupe Vanier qui sera disputée samedi, au PEPS. 

«La dernière fois que nous avons affronté un quart-arrière de ce niveau, c’est en 2015 à la Coupe Vanier avec Michael O’Connor des Thunderbirds de UBC. 

«Ils ont un bon jeu au sol, une ligne offensive plus imposante que bien des équipes de la LCF et les jumeaux Philpot (Jalen et Tyson) sont des joueurs explosifs, de poursuivre Maciocia. C’est impossible de complètement les neutraliser, mais il faudra trouver des solutions pour les limiter. Quand j’étais à Edmonton, leur père, Cory, évoluait avec les Lions et c’était tout un porteur de ballon. Il faudra se rendre au quart-arrière en misant sur notre identité qui est la vitesse, en gagnant la bataille de la ligne de mêlée d’une façon qui ne pourra pas être traditionnelle. Si notre offensive peut rester sur le terrain, ça va nous aider. C’est tout un défi qui se présente à nous.»

Maciocia croit que son unité défensive est aussi solide, sinon meilleure, que celle de 2014 qui a permis aux Bleus de remporter la seule coupe Vanier de leur histoire. 

«Nous avons d’excellents joueurs comme Brian Harelima, Benoît Marion, Philippe Lemieux-Cardinal, Marc-Antoine Dequoy au même titre qu’en 2014, mais nous avons plus de profondeur. Le leadership est très fort.»

Longue disette

Parmi les équipes les plus titrées au pays avec quatre victoires et 11 participations à la rencontre ultime, les Dinos n’ont toutefois pas soulevé la coupe Vanier depuis 1995. 

«Contrairement à l’an dernier où cela avait été relativement facile en saison, nous avons rencontré des embûches et disputé des parties serrées cette année, a souligné l’entraîneur-chef Wayne Harris Jr. J’espère que les gars ont appris et qu’ils réussiront à mieux gérer les situations corsées quand elles se présenteront contrairement à 2018.»

Défensive respectée

Si l’offensive des Dinos a empêché Maciocia de dormir à certains moments, la défensive des Bleus suscite le respect chez leurs adversaires. 

«Leur défensive a été incroyable toute l’année, a louangé Harris. Ils accordent très peu de touchés et c’est une bonne façon de remporter plusieurs parties. Est-ce la défensive la plus rapide que nous allons affronter cette année? Je vais le savoir seulement sur le terrain puisqu’on ne s’est jamais rencontré. 

«Notre attaque terrestre a été très bonne toute l’année avec plusieurs parties de plus de 200 verges, ce qui a permis d’ouvrir le jeu aérien, de poursuivre Harris. On s’est fié à notre ligne offensive qui a bien protégé notre quart-arrière et qui a créé des ouvertures pour nos porteurs de ballon.»

«J’espère que tout le monde sera derrière nous» –Danny Maciocia

Derrière quelle équipe les amateurs présents au PEPS, samedi, se rangeront-ils?

«Je réfléchissais à ça ce matin et c’est un no brainer dans mon esprit, a mentionné l’entraîneur des Carabins de l’Université de Montréal, Danny Maciocia. Le RSEQ est la meilleure conférence au pays et on veut que le trophée reste au Québec, peu importe que ce soit les Rouges, les Bleus ou les Verts.

«Si le Rouge et Or ou les Carabins affrontaient l’Université de l’Alberta à Calgary, par exemple, je sais que les gens se rangeraient tous derrière l’équipe locale, de poursuivre Maciocia qui a vécu à Edmonton. Le Québec et l’Alberta ont peu de choses en commun. J’espère que tout le monde sera derrière nous.»

Adam Sinagra voit les choses d’un autre œil. «Si nos grands rivaux de l’Alberta disputaient la Coupe Vanier à Calgary, on ne se rangerait pas derrière eux, a souligné le pivot des Dinos. J’espère que les amateurs vont nous appuyer.»

«La rivalité est forte»

Brian Harelimana comprend la réaction de certains amateurs du Rouge et Or qui appuieront les Dinos. «On ne demande pas à un partisan du Canadien d’appuyer les Maple Leafs, a illustré le secondeur étoile des Carabins. La rivalité est forte et les partisans du Rouge et Or ont leur équipe à cœur. Je n’oblige personne à se ranger derrière nous, mais ils seront les bienvenus s’ils veulent le faire.»

Raphaël Major-Dajenais abonde dans le même sens. «C’est demander beaucoup aux partisans du Rouge et Or de nous appuyer, a indiqué le receveur de 4e année. J’aime jouer à Québec et nous sommes bien accueillis.»

De son côté, Wayne Harris Jr. donne un coup de chapeau aux amateurs de Québec. «Ce sont les meilleurs au pays, a souligné le pilote des Dinos. Ils connaissent le football et sont passionnés. Parce que nous avons dû quitter Calgary plus tôt cette semaine en raison de la présentation de la Coupe Grey qui occupait notre stade, nous avions certaines craintes de nous retrouver loin de chez nous aussi longtemps. Nous avons été bien accueillis comme toujours et je sais que le comité organisateur va présenter un bel événement comme toujours.»