/news/politics
Navigation

Doug Ford se pose en champion de l'unité nationale

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Même si Justin Trudeau a utilisé Doug Ford en campagne électorale pour décourager les Canadiens de voter pour les conservateurs, le leader ontarien s'est posé vendredi en allié du premier ministre fédéral pour rassembler les différentes régions du pays.  

Le premier ministre Ford a qualifié sa première rencontre avec Justin Trudeau depuis sa réélection de «phénoménale et collaborative» et fait peu de cas du fait que le chef libéral l’ait nommé à profusion dans ses attaques contre les troupes d’Andrew Scheer. 

 «La famille du premier ministre a été en politique depuis des années et ma famille aussi. C’est de la politique», a-t-il dit sur un ton particulièrement conciliant, insistant sur sa volonté de travailler de pair avec M. Trudeau.   

«Il y aura toujours des choses sur lesquelles on ne sera pas d’accord, mais travaillons sur les choses sur lesquelles nous sommes d’accord», a-t-il répété en évitant de parler de son opposition à la tarification du carbone.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

M. Ford a dit avoir souligné l’importance d’être à l’écoute des insatisfactions et des inquiétudes de l’Ouest canadien, mais ne s’est pas étendu sur ses affinités avec des leaders comme le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney.   

«Je m’entends bien avec eux, je m’entends bien avec François Legault [...] et nous devons juste calmer [le jeu], abaisser la température et nous montrer unis en tant que pays», a-t-il lancé.   

De son côté, le premier ministre Trudeau a mentionné que «les Ontariens s’attendent à ce qu’on [Trudeau et Ford NDLR] collabore pour donner suite à nos priorités communes». 

M. Ford a évité de se prononcer sur l’avenir du chef des conservateurs fédéraux, Andrew Scheer. Dans une lettre ouverte publiée récemment dans le «Globe and Mail», des stratèges de sa famille politique soutiennent que M. Scheer devrait revoir son message sur les droits des communautés LGBTQ.