/opinion/blogs/columnists
Navigation

«La pénurie de main d'oeuvre est une fable»: entretien avec Jacques Houle

Le débat sur l'immigration est obstrué

Drapeau Quebec flag fleurdelysé
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

MBC. Jacques Houle, vous êtes l'auteur de Disparaître, un ouvrage consacré à la question de l'immigration au Québec. Le principal argument avancé par ceux qui veulent conserver des seuils d'immigration très élevés, et même, les augmenter, est que le Québec connaîtrait une pénurie de main-d'oeuvre. Est-ce vraiment le cas? Que penser de ce discours? 

JH. Brandir la menace imaginaire de pénurie de main-d’œuvre pour justifier le maintien de seuils d’immigration élevés dépassant notre capacité maximale d’intégration (30 000) relève de la manipulation. En fait, la littérature économique indique clairement que le monde fait face non pas à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée, mais bien à une pénurie d’emplois de qualité. En effet, selon une étude de la Banque mondiale, l’économie mondiale aura besoin de 600 millions d’emplois de qualité d’ici 2030! Le Québec n’échappe pas à cette tendance lourde comme le démontre l’expérience souvent amère des 80,000 à 85,000 jeunes québécois et québécoises qui arrivent sur le marché du travail chaque année et qui sont souvent obligés d’accepter des emplois pour lesquels ils sont surqualifiés. Selon l’Institut de la Statistique du Québec, près du tiers des travailleurs québécois sont surdiplômés pour les emplois qu’ils occupent. Chez les diplômés de niveaux collégial et universitaire, le taux de surdiplômation en emploi atteint 40%. 

Ce que ne disent pas ceux qui rabâchent avec la régularité d’un métronome la fable de la pénurie de main-d’œuvre, c’est que l’expression pénurie de main-d’œuvre sert à masquer les difficultés de recrutement systématique causées par des salaires trop bas, du temps partiel fréquent ou des horaires atypiques. D’ailleurs, plus de 60% des pénuries de main-d’œuvre ont comme point commun de payer des salaires inférieurs à 15$ de l’heure. Les trois professions en pénurie au Québec sont : serveurs et serveuses, vendeurs et vendeuses, caissiers et caissières auxquelles il faut ajouter pour faire bonne mesure, les manœuvres de tout genre. Ce que ne disent pas les associations patronales comme la Chambre de commerce de Montréal, c’est que le résultat réel de leur insistance à réclamer plus d’immigrants contribue à alimenter le réservoir d’immigrants forcés à accepter les emplois précaires à bas salaires que ne veulent plus les natifs ainsi que les immigrants plus anciens. 

Les milieux d’affaires seraient plus convaincants s’ils s’efforçaient de convaincre les employeurs rétrogrades à imiter Costco qui évite la pénurie d’employés en offrant de très bons salaires. Dans un article récent du Journal de Montréal (15 novembre 2019), on apprend que ce géant du commerce au détail, avec ses 8500 employés québécois, offre à un caissier avec 6 ans d’expérience, un salaire de 28.25$ de l’heure; son salaire annuel est donc de 55 087 $.  

Ce qui confirme le bien fondé de ma thèse : il n’y a pas au Québec de pénuries de main-d’œuvre, mais uniquement des postes vacants de façon persistante en raison de salaires trop bas et d’autres conditions de travail non compétitives. La solution n’est donc pas plus d’immigrants, mais de meilleures conditions de travail, dont un salaire décent pour les quelques 825,000 salariés québécois qui gagnent moins de 15$ de l’heure. 

MBC. Quels sont les principaux corporatismes présents dans le débat sur l'immigration? Que répondre par exemple au lobby des cégeps et des universités qui s'oppose lui aussi à toute baisse des seuils? Comment expliquer le positionnement des syndicats en faveur de seuils d'immigration aussi élevés? 

JH. Il est évident que les partisans les plus acharnés de l’impératif du «toujours plus d’immigrants», sont ceux-là mêmes qui en tirent les plus grands avantages. En tête de peloton, on retrouve, sans surprise, les patrons d’entreprises à la recherche de main-d’œuvre immigrée contrainte d’accepter des salaires de misère et les politiciens qui pratiquent un clientélisme électoral tous azimuts.  

Mais les gagnants de l’immigration de masse se retrouvent aussi au sein de la classe moyenne supérieure qui profite d’une présence immigrante forte sans en subir la concurrence directe. Michèle Tribalat, qui fut directrice de recherche à l’Institut nationale d’études démographiques de France, nous éclaire sur le débat qui oppose les gagnants et perdants de l’immigration lorsqu’elle écrit : « Or, des intérêts de classe existent bel et bien sur la question de l’immigration puisque ce sont les salaires des moins dotés en qualifications qui sont pénalisés par l’immigration (...) alors que les employeurs et les salariés qui ont les moyens de profiter des divers services rendus par les immigrants -- garde d’enfants, repas, ménage notamment—sont les bénéficiaires. » (Les yeux grands fermés)  

Quant aux institutions d’enseignement supérieur, on constate qu’ils se présentent souvent dans le débat sur l’immigration comme étant au-dessus de la mêlée. Or, les cégeps et les universités ne sont pas des partis neutres dans le débat sur l’immigration comme on a pu le constater lors de la controverse autour des étudiants étrangers. Comme le rappelle avec pertinence le premier ministre Legault, le secteur de l’enseignement supérieur veut plus d’étudiants étrangers parce qu’ils rapportent plus d’argent! Et comme le précise Joseph Facal dans le Journal de Montréal du 19 novembre, en niant l’évidence, cela revient à « nous prendre pour des cons ». Notons par exemple qu’un étudiant en médecine de McGill paie 7,780$ pour la première année s’il est québécois, et 45,884$ s’il est un étudiant étranger. On repassera pour prétendre que le milieu de l’enseignement supérieur est neutre!... 

Enfin, face aux syndicats, on reste perplexe face à leur prise de position en faveur d’une immigration de masse qui, de toute évidence, freine la hausse naturelle des salaires et qui pénalise par le fait même les travailleurs et les travailleuses les plus vulnérables sur le marché du travail du Québec et ce, natifs et immigrants confondus. 

MBC. Est-ce que nous assistons en ce moment à un vrai débat démocratique sur l'immigration ou est-il comme hier contrôlé, limité et même étouffé? 

JH. Le débat sur l’immigration de masse est généralement faussé parce que les partisans de celle-ci monopolisent toutes les tribunes médiatiques ou autres tandis que ceux qui soulèvent des questionnements sur ses effets réels sont souvent ignorés.  

J’ai personnellement subi cette censure blanche : lors de la sortie de mon essai précédent intitulé Il était une fois des usines, Hurtubise 2014, j’ai eu droit à de généreuses recensions notamment dans Le Devoir et La Presse en plus de trois entrevues à la radio de Radio-Canada à Montréal, Québec et Ottawa, mais, depuis la sortie de mon essai Disparaître? qui traite de l’immigration, les mêmes médias ont observé un mutisme complet même si le livre a connu un succès de librairie certain!... On peut alors déduire qu’il y a des sujets tabous... 

Pire encore, certains observateurs bien intentionnés qui posaient de bonnes questions au sujet des conséquences d’une immigration trop élevée, ont été qualifiés abusivement de xénophobes voire de racistes. Pour mieux comprendre ce climat chargé de peurs qui interdit une véritable débat démocratique, il est bon de recourir encore une fois à Michèle Tribalat qui nous éclaire sur le sujet quand elle fait remarquer : « Mais faire peur et empêcher tout débat sur les effets réels de l’immigration a l’énorme avantage d’éviter de dévoiler ses intérêts propres. » C’est vrai aussi pour le Québec; en effet, l’immigration de masse profite à de puissants lobbys qui se gardent bien de divulguer les énormes avantages qu’ils en retirent et qui sont aussi particulièrement discrets sur les coûts sociaux engendrés par des immigrants travaillant au salaire minimum qui bénéficient des services publics beaucoup plus coûteux que les sommes qu’ils verseront en impôts et taxes au cours de leur vie active.