/finance/business
Navigation

L’emblématique défilé de lingerie de Victoria’s Secret n’aura pas lieu cette année

Coup d'oeil sur cet article

Paris | La marque de lingerie américaine Victoria’s Secret a annoncé que son emblématique défilé qui rassemble plusieurs millions de téléspectateurs n’aurait pas lieu cette année, la marque souhaitant faire évoluer sa stratégie marketing, après des polémiques et des résultats en décevant.   

«Nous allons communiquer avec nos clients, mais ce ne sera rien d’aussi important que le défilé», a annoncé Stuart Burgdoerfer, le directeur financier de la maison mère L Brands, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes financiers sur les résultats du troisième trimestre.        

Les ventes de Victoria’s Secret continuent de marquer le pas après une année 2018 déjà difficile. Elles plombent notamment les résultats au troisième trimestre de L Brands qui accuse une perte nette de 252 millions de dollars, contre une perte de 43 millions sur la même période l’an passé.        

«Est-ce qu’on a vu un impact spécifique sur les ventes juste après la retransmission du défilé? La réponse à cette question est non», a indiqué M. Burgdoerfer.        

«C’est important de faire évoluer le marketing de Victoria’s Secret», a-t-il également ajouté, confirmant donc que le défilé diffusé depuis 1995 à la télévision n’aurait pas d’édition cette année.         

La rumeur courait depuis l’été lorsque le mannequin australien Shanina Shaik avait indiqué à des médias anglais que le défilé 2019 allait être annulé.        

L’an dernier, le défilé avait laissé la place à une distribution plus cosmopolite qu’habituellement pour une marque régulièrement critiquée pour le manque de diversité de ses mannequins.        

Mais quelques jours après le show, le directeur marketing de la marque Ed Razek avait catégoriquement écarté la possibilité d’intégrer des mannequins transgenres et des femmes rondes au défilé.        

Face à la polémique née sur les réseaux sociaux, M. Razek avait dû présenter des excuses publiques.        

C’est dans ce contexte, doublé de la difficile situation économique pour la marque, que la PDG Jan Singer avait démissionné.