/weekend
Navigation

Trouver la lumière à travers la tragédie

Trouver la lumière à travers la tragédie
Photo courtoisie, Matthew Murphy

Coup d'oeil sur cet article

Bâtir une comédie musicale sur les lendemains d’une tragédie n’est pas une mince affaire. C’est pourtant ce qu’a réussi Come From Away. Ce succès retentissant, faisant courir les foules sur Broadway depuis deux années déjà, débarque pour la première fois à Montréal cette semaine.

Ils sont des milliers. Ils viennent de partout dans le monde. Et à la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001, ils débarquent tous dans la petite communauté de Gander, Terre-Neuve, lorsque les 38 avions chargés de les mener à destination sont redirigés vers le Canada.

Leur histoire est aujourd’hui racontée, en musique, grâce au travail des auteurs canadiens Irene Sankoff et David Hein.

« Une centaine » de rôles

Oui, Come From Away campe son intrigue dans les contrecoups de la tristement célèbre tragédie. Mais la comédie musicale, primée aux Tony en 2017, ne traite pas des attaques terroristes. Du moins, pas directement.

« L’essence du spectacle est l’élan de générosité, d’espoir et de bienveillance qui a suivi ces événements. Une petite ville entière s’est unie pour venir en aide à tous ces étrangers. Il y a quelque chose de très, très beau qui est ressorti de cette horrible tragédie. Et c’est sur ça qu’on met la lumière », précise Kevin Carolan­­, qui prête ses traits, entre autres, au personnage du maire terre-neuvien de l’époque, Claude Elliott.

« Entre autres » ? Oui. Car chaque membre de la distribution doit camper plusieurs personnages dans le même spectacle de 100 minutes. À eux 12, les comédiens se partagent « plus d’une centaine » de rôles, estime le comédien américain.

Succès planétaire

Depuis ses débuts sur Broadway, Come From Away a été applaudi dans tous les États-Unis et le Canada, puis jusqu’à Londres, Dublin et Melbourne. Ayant lui-même eu l’occasion de se produire de part et d’autre de la frontière américaine, Kevin Carolan avoue sentir une résonnance bien particulière lorsqu’il est monté sur les scènes canadiennes, que ce soit à Vancouver, Edmonton ou Calgary.

« Ce spectacle est en quelque sorte une lettre d’amour à ces Canadiens de Terre-Neuve qui ont accueilli ces étrangers à bras ouverts, les hébergeant et les nourrissant au lendemain d’une grande tragédie. Je suis fier de présenter leur histoire sur scène. Mais je sens que les spectateurs canadiens sont encore plus fiers de voir leur peuple reconnu. C’est très, très émouvant », confie-t-il.


La comédie musicale Come From Away sera présentée à la Place des arts de Montréal du 26 novembre au 1er décembre. Les spectacles sont présentés en anglais.