/world/opinion/columnists
Navigation

Les vire-capot du charbon

CHINA-ECONOMY-ENVIRONMENT-COAL-CLIMATE
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

À juste titre, on tape sur la tête des Américains sous Donald Trump pour avoir abandonné l’Accord de Paris sur le climat. Les Chinois sous Xi Jinping s’annonçaient, eux, pour être particulièrement vertueux avec un plateau des émissions de carbone pour 2030. Oubliez ça !

Ils sont un peu tordus, je le reconnais, ceux et celles qui se tracassent pour le réchauffement climatique avec les températures que l’on connaît au Québec depuis le début du mois de novembre. 

Ce qu’il faut plutôt avoir en tête, ce sont les « changements climatiques », les extrêmes que l’on observe de plus en plus et qu’entraîne notamment l’utilisation d’énergies fossiles. Et la première source d’émission de gaz à effet de serre reste les centrales thermiques au charbon. 

Le Global Energy Monitor, un réseau de chercheurs sur les combustibles fossiles, vient de produire un rapport dévastateur sur la production chinoise d’énergie via ses centrales au charbon. 

LES CHINOIS À CONTRE-COURANT

Toute la planète s’y est mise et, au cours de la dernière année, pour la première fois en plus de trente ans, la production hautement polluante d’énergie venant des centrales thermiques a diminué. Pour paraphraser l’ouverture des albums Astérix, « toute la planète s’y est mise... Toute ? Non ! Car un pays peuplé d’irréductibles Chinois résiste au bon sens. » 

En clair, en considérant tous les pays sauf la Chine, la capacité de production d’énergie grâce au charbon a reculé de 8,1 gigawatts entre janvier 2018 et juin 2019. Sauf que les Chinois, eux, pendant la même période, ont accru leur capacité de production — toujours grâce au très polluant charbon — de 42,9 gigawatts ! Ce qui signifie, le calcul est simple, que la capacité mondiale de production d’énergie au charbon a bondi depuis un an et demi. 

La Chine, en multipliant ses centrales, non seulement va à contresens du reste de la communauté internationale, mais saborde les objectifs de l’Accord de Paris qui, pour être atteints, impliquaient que l’énergie venant du charbon devait être réduite de 70 % d’ici 2030 et presque complètement supprimée en 2050. Les Chinois s’assurent qu’on n’y sera pas. 

LA FAUTE À TRUMP

Peu importe ce qui se passe ces temps-ci, c’est toujours un peu la faute au président américain. Dans ce cas-ci, involontairement. Après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris en 2016, les Chinois, en bons élèves, ont suspendu la construction de centaines de centrales au charbon à travers le pays. 

Sauf qu’une des conséquences les plus claires de la guerre commerciale initiée par Donald Trump avec la Chine depuis le début de 2017 est le ralentissement marqué de la croissance économique chinoise. Pékin, pour secouer cette torpeur, a relancé ses projets de construction de centrales au charbon avec l’effet désastreux qu’on escompte pour l’environnement. 

Ce serait toutefois injuste de ne montrer que la Chine du doigt. Ailleurs en Asie, la production d’énergie grâce aux centrales au charbon s’est aussi accrue, particulièrement en Inde, troisième producteur au monde. La différence, c’est que la Chine, avec son économie dirigée, peut plus facilement que tout autre pays changer de cap. 

Si nous tenons à réduire, comme convenu à Paris, le réchauffement climatique à 2 °C d’ici 2100, il nous faudra un coup de main des Chinois. Il faut voir à long terme, même si, je sais bien, ce 2 °C de plus se prendrait bien chez nous ces jours-ci. 

Centrales au charbon en construction  

  • Chine: 121
  • Inde: 37
  • Japon: 9  

Centrales au charbon en opération  

  • Chine: 987
  • États-Unis: 241
  • Union européenne: 149  

Production électrique des centrales au charbon  

  • La répartition des émissions de CO2, selon les scientifiques du climat : %
  • Mégawatts: 2000 | 2018  

Chine  

  • 29,4 %
  • 195 000 MW9
  • 72 500 MW   

États-Unis  

  • 14,3 %
  • 327 300 MW
  • 261 000 MW  

Union européenne  

  • 9,8 %
  • 195 000 MW
  • 154 800 MW  

Inde  

  • 6,8 %
  • 61 564 MW
  • 220 700 MW