/news/society
Navigation

Une «fenêtre d’opportunité» pour sauver Grégory Slogar au Pérou

Une «fenêtre d’opportunité» pour sauver Grégory Slogar au Pérou

Coup d'oeil sur cet article

Les secouristes tentaient, lundi, une nouvelle approche pour sortir l’alpiniste québécois Grégory Slogar du pétrin, lui qui est coincé sur un glacier dans les montagnes du Pérou depuis plusieurs jours, selon sa femme. 

• À lire aussi: L’explorateur Grégory Slogar n’a finalement pas encore été secouru 

« [Lundi] matin, l’équipe de secours est repartie. Apparemment, il y avait une belle fenêtre d’opportunité dans la température pour monter», a expliqué Marie-Josée Dubouilh par courriel, précisant que les conditions météorologiques s’annoncent difficiles «pour au moins trois jours» dans le secteur où se trouve prisonnier son conjoint et Emmanuel Rocha, le guide qui l’accompagne. 

Dimanche, en raison du mauvais temps, l’équipe qui devait se rendre à la rencontre de M. Slogar n’a jamais pu lui porter secours sur le glacier Quelccaya, l’un des plus importants de la cordillère des Andes. Ce dernier a une altitude moyenne de 5470 mètres et les hélicoptères ne peuvent s’y rendre. 

«D’après moi, leur plan est de faire la montée et la descente en deux étapes [deux jours différents]. Il ne fera pas assez beau avant plusieurs jours pour avoir assez de temps pour monter et descendre sans risques dans la même journée», explique-t-elle. 

Marie-Josée Dubouilh affirme de plus que l’ambassade canadienne sera mise au courant si «elle ne l’est pas déjà». Elle s’interroge aussi à savoir si des «moyens extraordinaires» pourraient être déployés si la situation l’exige. 

Selon ce qu’elle affirmait dimanche, on craint que Grégory Slogar et son guide ne finissent par manquer de combustible pour faire fondre la neige et rester au chaud.