/finance/opinion/columnists
Navigation

Les Québécois pressés comme des citrons

Coup d'oeil sur cet article

Parmi les provinces canadiennes, laquelle est la championne de la pression fiscale?  

Eh oui ! C’est le Québec qui exerce la plus forte pression fiscale à même les impôts, les taxes et les cotisations sociales chargés aux particuliers et aux sociétés.  

Voilà un « honneur » dont il faudrait se départir au plus sacrant.  

Avec sa priorité de « remettre de l’argent dans le portefeuille des Québécois », François Legault fait de toute évidence un pas dans cette direction.   

  • ÉCOUTEZ MICHEL GIRARD À QUB RADIO   

Mais ne nous leurrons pas. Ça risque de prendre plusieurs années d’assouplissement fiscal à petites doses avant de laisser cet « honneur » à une autre province.   

Pourquoi ? Parce que le Québec « domine » la scène canadienne de la pression fiscale par une bonne marge !  

Pression fiscale  

Au Québec, selon la récente étude de Statistique Canada, la pression fiscale des impôts, taxes et cotisations sociales représentait en 2018 quelque 22 % du produit intérieur brut (PIB) québécois.  

En Ontario, à titre de comparaison, la pression fiscale s’élève à 17,3 % du PIB ontarien. On parle ainsi d’un « immense » écart de 4,7 points de pourcentage.  

Autre façon de voir cet écart : la pression fiscale que les Québécois subissent est 27 % plus élevée qu’en Ontario.  

Dans les quatre provinces de l’Ouest, la pression fiscale s’élève à une moyenne de 14,3 % de leur PIB.   

Du côté des provinces de l’Atlantique, on parle d’une pression fiscale moyenne de 16,7 %.  

Avec notre taux de pression fiscale de 22 %, convenons qu’on est solidement en avance sur toutes les autres provinces.  

En passant, on ne fait référence ici qu’à la pression fiscale « provinciale ».   

À celle-ci, il faut ajouter la « fédérale », qui représentait en 2018 quelque 14,1 % du PIB canadien.  

PETIT REVENU DISPONIBLE  

Quand vous êtes assujetti à une si forte « pression fiscale » de la part de votre gouvernement, comme c’est le cas au Québec, il ne faut pas se surprendre de voir le revenu disponible des Québécois arriver à la queue au Canada. Ou presque...  

C’est important de dire « ou presque... » parce que, dans les faits, le Québec, après quatre années de suite à la queue, a réussi en 2018 à terminer l’année à... la 9e place parmi les 10 provinces canadiennes.  

Notre revenu disponible (après les impôts, taxes, cotisations sociales, etc.) par habitant s’élevait en 2018 à 29 924 dollars. On a ainsi réussi à devancer l’Île-du-Prince-Édouard par 683 dollars.  

Soyons honnêtes : il s’agit d’un bien petit gain ! Car si on se compare avec le reste du Canada, le revenu disponible des ménages québécois par habitant accuse un recul de 4377 dollars.  

Face au revenu disponible des Ontariens, les Québécois gagnent 3564 dollars de moins par tête d’habitant.  

Pour se consoler, il faut savoir que c’est au Québec que le revenu disponible par habitant a enregistré au cours des deux dernières années, soit 2017 et 2018, la plus forte hausse en matière de pourcentage.  

Un autre pas dans la bonne direction !