/sports/hockey
Navigation

Akim Aliu: un Québécois témoin des propos racistes de Peters

Coup d'oeil sur cet article

«Ce moment qu’il a décrit, nous étions tous là. Nous étions complètement abasourdis.» 

Comme Akim Aliu, Simon Danis-Pépin a fait ses débuts à temps plein dans les rangs professionnels sous les ordres de Bill Peters avec les IceHogs de Rockford en 2009-2010. 

Les deux recrues - choix de deuxième tour des Blackhawks de Chicago aux encans de 2007 et 2006, respectivement - se sont rapidement liées d’amitié. À l’extérieur de la glace, les jeunes hommes étaient colocataires et partageaient leurs états d’âme au quotidien. 

Dix ans après les incidents dénoncés par Aliu sur Twitter, lundi, Danis-Pépin se souvient du comportement exemplaire de son ami et sa volonté de percer. 

«C’était un bon jack. Il travaillait extrêmement fort, a-t-il raconté dans un entretien avec TVA Sports, mardi. Il était passionné. Il était sur la glace avant et après tout le monde. En gymnase aussi. 

«Il travaillait plus fort que tout le monde. C’était quand même impressionnant à voir.» 

Peters a récidivé 

Si le Nigérian prenait les bouchées doubles pour gagner ses épaulières, sa relation avec Peters n’était pas au beau fixe. Puis un jour, l’instructeur a piqué une crise parce qu’il n’aimait pas sa musique. Il a employé le plus injurieux des mots pour désigner la race noire. 

«J’étais là quand c’est arrivé», a-t-il corroboré. Nous étions dans la chambre. Certains se changeaient, d’autres allaient au gym ou dans la douche. 

«C’est un peu sorti de nulle part.» 

Comme si la première irruption de Peters n’était pas assez, il a récidivé peu après. 

«On était encore un peu sous le choc, se souvient Danis-Pépin. Je ne me souviens pas si c’était le lendemain ou le jour même, mais la même chose s’est reproduite et notre capitaine a décidé d’entrer dans son bureau. 

«Il s’est porté à la défense de notre coéquipier, car personne n’était d’accord avec tout ce qui se passait. 

Pas de souvenir 

Peters, lui, n’a pas reconnu ses torts, et ultimement, Aliu a été rétrogradé dans l’ECHL. Danis-Pépin aussi d’ailleurs. 

«Bill lui a dit qu’il n’avait pas remarqué avoir dit ça. Cet instant m’a prouvé que quelque chose de (mal) se passait. Je ne connais aucun autre entraîneur qui tiendrait des propos comme ceux-là dans un vestiaire.» 

«C’est un drapeau rouge.» 

Une décennie s’est écoulée depuis les présumés incidents, mais les deux joueurs se sont souvent remémoré les épisodes déplorables. Ils en ont ri, sans réellement les trouver drôles. 

Si Aliu a décidé de dénoncer ce qu’il a vécu après un si long silence, c’est qu’il trouvait le moment était bien choisi pour exposer l’ami de Mike Babcock, lui-même congédié près d’une semaine plus tôt. 

«Il s’est rendu compte qu’il n’aurait jamais dû accepter ça. Qu’il n’est jamais trop tard pour dénoncer quelqu’un qui lui a fait du tort comme ça. Surtout d’une manière aussi dégoûtante. 

«Ça n’a pas sa place dans une chambre de hockey. Ça n’a pas sa place dans les sports. Ça n’a pas sa place dans les écoles. Ça n’a pas sa place nulle part.» 

Dénoncer pour sensibiliser 

Danis-Pépin, qui n’a pas voulu dire s’il a été victime de propos désobligeants de la part de Peters du fait qu’il est Canadien-Français (il affirme que c’est chose courante dans les vestiaires), croit que la carrière d’Aliu a été brisée par la relation tendue avec son entraîneur de l’époque. 

La dénonciation, espère-t-il, aidera possiblement d’autres jeunes athlètes en début de carrière. 

«C’est bon pour aider les jeunes qui commencent chez les professionnels. Ils n’ont pas à se laisser marcher sur les pieds. Que ce soit par n’importe qui. 

«Quand t’as 20 ans, ta carrière peut rapidement tourner vers le négatif. Surtout au niveau de ta confiance et de tes performances. 

«S’il peut aider d’autres jeunes, tant mieux. Ça n’a pas sa place.» 

Peters demeure en retrait des activités de l'équipe pendant que les Flames mènent leur enquête. Il ne dirigera pas la formation mercredi soir à Buffalo. 

Il a fort à parier que sa carrière d’entraîneur est terminée.