/world/middleeast
Navigation

Le prince héritier saoudien à Abou Dhabi, signes de désescalade au Yémen

Le prince héritier saoudien à Abou Dhabi, signes de désescalade au Yémen
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a effectué une visite mercredi aux Émirats arabes unis, dans un contexte d’efforts diplomatiques pour mettre un terme à la guerre qui ravage le Yémen depuis bientôt cinq ans.  

Ryad et Abou Dhabi sont des partenaires clés au sein de la coalition militaire dirigée depuis 2015 par l’Arabie Saoudite en soutien au gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale contre les rebelles Houthis, qui occupent la capitale Sanaa depuis 2014.   

Mais une réduction des troupes émiraties en juillet, suivie de l’ouverture d’un nouveau front dans le sud entre les séparatistes formés par Abou Dhabi et les unités loyales au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi soutenues à bout de bras par Ryad, ont révélé des failles entre les deux puissances alliées.   

Début novembre, un accord de partage de pouvoir parrainé par les deux pays a été signé entre le gouvernement yéménite et les séparatistes sudistes, soulevant l’espoir de pourparlers de paix plus larges pour mettre fin à la guerre au Yémen.   

La visite du prince héritier saoudien reflète « l’accord entre Abou Dhabi et Ryad (...) pour répondre aux défis régionaux », a indiqué l’agence officielle des Emirats WAM.   

Le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed al-Nahyane, a accueilli Mohammed ben Salmane à son arrivée à Abou Dhabi.    

La rencontre entre les deux hommes forts intervient au moment où Ryad cherche à attirer des investisseurs pour l’introduction en bourse du géant pétrolier Aramco, qui pourrait être la plus importante opération du genre.   

Selon Bloomberg, Abou Dhabi compte investir jusqu’à 1,5 milliard de dollars dans l’opération.    

Sur le plan diplomatique, le déplacement du prince saoudien survient au lendemain de l’annonce par le porte-parole de la coalition de la libération prochaine de 200 rebelles Houthis.   

La coalition autorisera aussi le transport de patients nécessitant des soins médicaux depuis l’aéroport de Sanaa, fermé aux vols commerciaux depuis 2016, selon le porte-parole.   

Ces annonces font suite à une baisse des attaques menées par les rebelles contre l’Arabie saoudite, tandis qu’un responsable saoudien avait annoncé début novembre qu’un « canal » était ouvert avec les Houthis pour mettre fin à la guerre.   

Le conflit au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, la plupart des civils, selon diverses organisations humanitaires. Le conflit a entraîné la pire crise humanitaire au monde actuellement, selon l’ONU.