/24m
Navigation

Prolongement de la ligne bleue du métro: des contrats beaucoup plus chers que prévu

POL-METRO-LIGNE-BLEUE-LEAD
Photo Ministère des transports du Québec

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Trois contrats de conception architecturale pour les futures stations du prolongement de la ligne bleue viennent d’être accordés à un coût 30,5 % plus élevé que prévu.  

Le regroupement formé des firmes Lemay et Bisson Fortin architecture + design a été mandaté par la Société de transport de Montréal (STM) pour la conception de la station terminale Anjou et de celle qui se trouvera à la hauteur de Pie-IX, alors que la station à la hauteur de Langelier sera dessinée par ACDF Architecture.  

Ces contrats totalisant 4,38 millions $ ont été octroyés le mois dernier à la suite d'un appel d'offres public. Ce chiffre est bien plus élevé que ce que la STM s'attendait à payer, selon le document décisionnel produit par le transporteur.  

Dans celui-ci, la STM justifie entre autres cet écart par une faible concurrence, par un ajustement du marché à la hausse des taux horaires en architecture et par l'omission dans l'estimation d'inclure certains coûts.  

Départ difficile  

Cette dépense de la STM est l’une des premières pour un projet qui en nécessitera plusieurs au fil des prochaines années : les coûts de l’ajout de cinq stations sur la branche est de la ligne bleue sont estimés à 3,9 milliards $.  

Un coussin de 403 millions, soit 11 % du total, a été budgété pour les imprévus.  

Pour le professeur titulaire rattaché à l'école de comptabilité de l'Université Laval, Maurice Gosselin, l'écart observé entre l'estimation de la STM et le contrat décerné aux firmes d'architecture constitue un départ difficile.  

«Visiblement, c'est beaucoup plus que ce qui avait été anticipé», a précisé celui qui est spécialisé en calcul de coûts. «Il faudra aller les récupérer ailleurs si on ne veut pas défoncer les provisions de 11 % qu'on s'est données», a-t-il ajouté M. Gosselin.  

Ce dernier croit que la STM sera très prudente avec son budget, rappelant que les coûts avaient plus que doublé lors du prolongement de la ligne orange du métro jusqu'à Laval.  

Questionnée sur les dépassements de coûts, la STM souligne que des travaux de planification actuellement menés par ses équipes visent à revoir et à définir l’ensemble des coûts associés au projet, dont la réserve pour risques.  

«Nos analyses prennent notamment en compte l’état actuel du marché de la conception et de la construction dans la région de Montréal, où les grands projets abondent», a expliqué un porte-parole de la STM, Philippe Déry, précisant que le budget global planifié sera confirmé dans quelques mois, une fois le dossier d'affaires approuvé. 

Les travaux de construction des infrastructures devraient commencer en 2021, et l'inauguration du nouveau tronçon se faire en 2026.