/entertainment/comedy
Navigation

Mike Ward échoue en appel contre Jérémy Gabriel

Le juge confirme que l’humoriste a dépassé les bornes envers le jeune homme

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Mike Ward devra bel et bien verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel pour avoir fait des blagues discriminatoires sur le jeune artiste, a tranché la Cour d’appel du Québec.  

«M. Ward peut-il, sous le couvert de l’humour et de la liberté d’expression, tenir n’importe quel propos? Non. L’humoriste, comme tous les citoyens du Québec, doit respecter la Charte et ses valeurs fondamentales», peut-on lire dans le jugement de 64 pages rendu jeudi.  

Jérémy Gabriel
Photo d'archives, Chantal Poirier
Jérémy Gabriel

Jeudi soir, Jérémy Gabriel s’est dit «satisfait» de la décision, même s’il s’agit pour lui d’une «victoire en demi-teinte» parce que la Cour d’appel a annulé le dédommagement de 7000 $ à sa mère.  

Les juges ont estimé que même si ses parents avaient été « profondément bouleversés par les événements», ils n’avaient pas droit à un versement en vertu de la Charte.  

«Y’a une déception malgré le bonheur de savoir qu’on reconnaît les torts que j’ai subis», a-t-il admis.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Jérémy Gabriel sur QUB radio :  

De son côté, Mike Ward a réagi sur Facebook en assurant qu’il porterait la cause en Cour suprême.  

«J’vous le dis tout de suite, j’aime mieux faire de la prison que de payer cette amende», a-t-il écrit, déplorant devoir payer 35 000 $ «à cause d’une joke».  

Une fois pour toutes  

Or, Jérémy Gabriel voit d’un bon œil que le plus haut tribunal au pays puisse trancher «une fois pour toutes» le débat.  

«Ça va avoir une incidence importante tant au niveau de la liberté d’expression au Canada, mais aussi de la condition des minorités qui deviennent des personnalités publiques», a-t-il estimé.  

Cette décision de la Cour d’appel est un nouveau revers pour l’humoriste qui s’était moqué de Jérémy Gabriel lors du spectacle Mike Ward s’eXpose, présenté 230 fois entre 2010 et 2013.  

Ward avait, entre autres, affirmé que «le petit Jérémy» était «laid» et qu’il était prétendument mourant, mais qu’il n’était «pas tuable». Il s’était aussi moqué d’une malformation physique du jeune chanteur ainsi que de son implant auditif.  

L’humour noir est permis  

Le jeune chanteur et ses parents ont porté plainte à la Commission des droits de la personne. Le tribunal a condamné Ward à verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel ainsi que 7000 $ à la mère de ce dernier.  

  • ÉCOUTEZ Me Julius Grey à l'émission Avocats à la barre à QUB radio:

Dans la décision – appuyée par deux juges sur les trois qui ont entendu la cause –, la Cour d’appel a toutefois tenu à rappeler que l’humour noir n’était pas interdit et que sa décision n’empêchait pas de tenir des propos humoristiques à propos de personnes handicapées.  

«Tout est affaire de circonstances, a rappelé la cour. Ici, le tribunal a conclu que les propos [de Ward] ont outrepassé les limites de ce qu’une personne raisonnable doit tolérer au nom de la liberté d’expression. Il ne s’agit pas de paroles lancées sans réfléchir, mais, au contraire, de propos étudiés, planifiés et répétés pendant une longue période à des milliers de personnes.»